LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La fraude a été excessive à Béjaïa»
Belkacem Sahli, président de l'ANR
Publié dans L'Expression le 24 - 06 - 2021

Lors d'une conférence de presse organisée au terme de l'annonce des résultats provisoires des élections législatives du 12 juin, Belkacem Sahli, SG de l'ANR, a mis l'accent sur «la nécessité de former un gouvernement d'union nationale, loin de la logique de la majorité, composé également de partis n'ayant remporté aucun siège à la chambre basse du Parlement et de ceux n'ayant pas participé aux échéances pour lancer un dialogue national inclusif visant à rectifier le processus de réforme et renforcer le front interne. Ce gouvernement aura pour rôle de renforcer la cohésion sociale pour concrétiser l'ouverture politique et médiatique, poursuivre le processus d'apaisement et relever les défis socio-économiques». Une proposition qui pourrait se heurter à la réalité électorale et politique, dans la mesure où la constitution du nouveau gouvernement obéit au processus constitutionnel et électoral enclenché, et dépendra des développements au sein de la nouvelle Assemblée. Dans ce sens, les règles sont claires, elles imposent de s'en tenir au principe de la majorité, et aux équilibres parlementaires qui naîtront du travail de cette dernière. Il s'agit en priorité de préserver l'aspect d'éligibilité du processus en vue de répondre aux attentes des citoyens et d'instaurer une réelle moralisation de la vie politique. Cela étant, il va sans dire que le lancement d'un dialogue national inclusif, contribuera à l'évaluation de cette expérience électorale inédite, et à l'«identification des failles et des manquements, comme à la valorisation des acquis, en vue de corriger les erreurs du passé et d'édifier un paysage politique en adéquation avec la conjoncture du pays».
Par ailleurs, le SG de l'ANR est longuement revenu sur les résultats des élections législatives et sur le déroulement du scrutin, affirmant que«son parti est rentré dans la course pour les législatives avec environ 400 candidats qualifiés. Nous avons mené une campagne à la hauteur, loin de l'argent sale et du populisme. L'organisation du scrutin en son temps est un acquis constitutionnel qui a permis l'égalité des chances et l'émergence de nouveaux visages. L'objectif de notre participation aux élections législatives est d'obtenir une Assemblée populaire nationale légitime et qualifiée, regrettant que le pourcentage de participation aux élections était relativement faible». Cela dit, Sahli n' a pas manqué de dénoncer quelques irrégularités autant sur le plan des résultats, que sur les dispositions de la nouvelle loi électorale, soulignant que cette dernière, «n'a pas été examinée en profondeur, et était la cause de l'augmentation des voix abstentionnistes portées à 75%». Commentant les chiffres du scrutin, le SG de l'ANR a estimé que «les résultats des sièges annoncés à l'APN et des partis vainqueurs sont inattendus et illogiques.
Il y a eu un abus et plusieurs dépassements ont été enregistrés le jour du vote, et l'Autorité nationale des élections n'a pas pu intervenir à temps. D'ailleurs, l'ANR considère que cinq sièges lui ont été volés dans la nouvelle APN». Une situation qui a fait l'objet de recours de plusieurs partis et pour laquelle le Conseil constitutionnel devra trancher sur un volume de 400 cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.