Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un projet novateur et révolutionnaire
Deux jeunes étudiants se lancent dans la «culture intelligente» du maïs
Publié dans L'Expression le 04 - 08 - 2021

Un projet novateur de culture de maïs vient d'être lancé à Oran par des étudiants de l'équipe spécialisée dans l'agriculture intelligente «Smart Agriculture» (Smag).
Dans le cadre de leur projet de fin d'études, des étudiants algériens ont conçu un système d'irrigation intelligente alimentant 88 plants de maïs répartis sur une parcelle de 50 m2, qui a nécessité, notamment un bassin d'eau, une pompe et des équipements électriques.
Les étudiants de cette équipe, en l'occurrence Noureddine Bouafia et Adel Hadjiat, ont lancé ce projet dans le cadre de leur fin d'études en «Master 2», dans la spécialité «Automatisme et informatique industriels». Le début de cette expérience a été rendu possible grâce à la collaboration de l'université des sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf d'Oran. Expliquant à la presse nationale la nouveauté de ce projet, Noureddine Bouafia a indiqué qu'il vise «l'amélioration du produit, l'augmentation du rendement ainsi que l'économie de l'eau». Si l'Algérie ne manque pas d'eau pour ses besoins agricoles en général, certaines cultures, comme les céréales, les légumes secs et les fourrages pour alimenter le bétail, sont particulièrement gourmandes en ressources aquifères. Il a été constaté que nombre d'agriculteurs ne maîtrisent pas toujours le pourcentage d'arrosage des terres selon leur taux de perméabilité ainsi que celui de la proportion de transpiration des cultures.
Aussi, la pratique de l'agriculture intelligente permet-elle d'économiser «intrants et eau». Cette nouvelle approche de culture contribue, non seulement à sécuriser les investissements des agriculteurs, mais aussi à stabiliser leurs revenus. Cette technologie permet, en effet, de contrôler l'état de la plante et le climat extérieur pour les comparer avec les données disponibles, afin que le système d'irrigation se mette automatiquement en marche, tout en déterminant la durée et l'heure propices aux besoins d'eau de la plante. Les jeunes universitaires d'Oran n'en sont pas à leur première innovation agricole. Ainsi, en mars dernier, un autre groupe d'étudiants avait inventé un système automatique de gestion des cultures sous serres, en vue d'améliorer la production agricole en qualité et en quantité, grâce à une agriculture intelligente, avait annoncé l'un des innovateurs du projet.
Cette dernière innovation permet ainsi de gérer de manière intelligente la culture sous serres, ce qui facilitera le travail des agriculteurs et devra améliorer la production agricole, a souligné Noureddine Bouafia, chef de cette équipe d'étudiants composée de 10 universitaires d'Oran, de Mostaganem et de Tipaza, spécialisés en agronomie automatique, électromécanique et informatique.
Pour concrétiser ce projet innovant, des travaux de modernisation d'une serre «multi-chapelles» ont été récemment lancés au niveau de l'Institut technique des cultures maraîchères industrielles de Hassi Bounif (Oran), où ont été entamés la réparation, le renouvellement de l'installation électrique et des travaux d'équipements pour la plantation prochaine de variétés de légumes, comme la tomate, l'aubergine, le poivron et aussi le melon. Le système auto-serre, qui s'étend sur une surface de plus de 1000 mètres carrés est «normalement» opérationnel depuis début 2021.
L'équipe d'universitaires oeuvre également à créer une start-up spécialisée dans le développement de solutions technologiques modernes et intelligentes pour améliorer l'agriculture, dont le développement de serres intelligentes et l'irrigation intelligente dans les grands espaces, les grands parcs et espaces verts et la maintenance des systèmes automatiques d'irrigation en auto-serres, a-t-on indiqué. Le Smag s'est déjà vu délivrer le label «projet innovant» par les instances spécialisées pour son initiative. Une reconnaissance qui permettra sans aucun doute aux jeunes entrepreneurs agricoles de développer leur idée dans le pays, voire même au-delà de leurs frontières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.