Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois dossiers brûlants au menu
Tebboune préside,aujourd'hui, le Haut Conseil de Sécurité
Publié dans L'Expression le 04 - 08 - 2021


Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, préside, aujourd'hui, la réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité. La rencontre sera consacrée à l'examen et au suivi de trois dossiers extrêmement importants, à savoir la situation de la sécurité, la crise sanitaire et les préparatifs pour les prochaines échéances locales. C'est donc avec son chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, son Premier ministre et les ministres de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Santé, que le président va aborder ces questions afin de prendre les mesures adéquates à même de faire face à toute éventualité. Sur le plan sécuritaire, il sera sûrement question des derniers développements que vient de connaître la Tunisie dont le président Kaïs Saïed a décidé, le 25 juillet dernier, de suspendre le Parlement pour un mois et de limoger le Premier ministre, Hichem Mechichi. Des décisions «que nécessite la situation afin de sauver la Tunisie», a assuré le président tunisien mais qui ont toutefois suscité de larges inquiétudes dans le monde, amenant plusieurs chefs d'Etat à appeler à éviter l'escalade afin de ne pas menacer la stabilité et la sécurité des Tunisiens. à Alger, cette crise, même conjoncturelle, est suivie de très près car la stabilité de la Tunisie est un prolongement naturel de celle de l'Algérie. L'autre volet sécuritaire qui sera abordé est décelé à travers les propos tenus, hier, par le général de corps d'armée, Saïd Chanegriha, lors de l'installation du nouveau patron de la Gendarmerie nationale. Le chef d'état-major de l'ANP a affirmé que les complots et les manoeuvres qui se trament contre l'Algérie sont loin d'être le fruit de l'imagination, mais «une réalité évidente». Il parlera même d'une «guerre perfide» menée contre le pays et son armée «en guise de vengeance pour ses prises de positions envers les causes justes». Le scandale Pegasus et l'opération d'espionnage dont a été victime l'Algérie et ses responsables, en est la preuve éclatante. Le Maroc, serviteur de l'Etat sioniste auquel il a ouvert la voie pour le rapprocher des frontières algériennes, a tenté hypocritement de revenir à de meilleurs sentiments. Son roi a appelé, il y a deux jours, à la réouverture des frontières. Aujourd'hui et lors de cette réunion, le président Tebboune va peut-être esquisser une réponse au roi. L'autre dossier important qui sera examiné par le président et son Haut Conseil de Sécurité est, bien évidemment, l'évolution de la pandémie dans le pays. Avec une hausse angoissante des contaminations au variant Delta, la situation est alarmante, de l'aveu même du ministre de la Santé. La gestion de la crise a montré ses failles et ses limites, notamment avec la pénurie de l'oxygène, la saturation des hôpitaux et l'épuisement du corps médical. Le pic de la 3ème vague n'est toujours pas atteint, selon des spécialistes, et le président sera peut-être amené à corser les mesures de confinement. Il ne s'agira sûrement pas d'un confinement total, écarté notamment pour des raisons économiques même si plusieurs experts l'ont préconisé en cette phase périlleuse de la pandémie, mais sûrement de revoir à la hausse les heures de confinement tout en exigeant une plus grande célérité de l'opération de vaccination. Le président va sûrement demander des comptes à son ministre de la Santé sur la cacophonie qui a régné ces derniers jours dans les hôpitaux en raison de la pénurie d'oxygène. Enfin, le chef de l'Etat va demander à son ministre de l'Intérieur de veiller aux préparatifs du prochain rendez-vous électoral. Il s'agit des élections locales dont la tenue est prévue avant la fin de l'année. Le président a jusqu'à fin septembre pour convoquer le corps électoral, mais son ministre de l'Intérieur, lui, aura beaucoup à faire auparavant pour assurer le bon déroulement du scrutin. Un scrutin, il faut le rappeler, qui constituera le dernier chantier des réformes politiques que s'est engagé à faire Abdelmadjd Tebboune alors candidat à la présidentielle du 12 décembre 2019.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.