Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les produits du terroir durement impactés
Pas moins de 862 agriculteurs touchés par les incendies
Publié dans L'Expression le 18 - 08 - 2021

Selon des chiffres communiqués, hier, par la cellule de crise mise sur pied par la wilaya de Tizi Ouzou, au lendemain du déclenchement des incendies qui ont ravagé une bonne partie du territoire de la wilaya, les pertes du secteur de l'agriculture sont immenses. En effet, un dernier décompte fait part de quelque 832 agriculteurs toutes filières confondues qui ont été touchés par ce sinistre lequel n'a pas encore livré tous ses secrets. Ce chiffre indique, si besoin est l'ampleur des dommages occasionnés à des filières qui commençaient juste à prendre leur envol.
En effet, parmi les agriculteurs touchés, l'on dénombre une bonne partie constituée essentiellement d'éleveurs, des apiculteurs et d'aviculteurs. Mais la plus grande partie est constituée de divers producteurs de produits du terroir.
Ce sont ces filières, relatives généralement à l'arboriculture qui sont les plus durement touchées par le sinistre. Aussi, il est légitime aujourd'hui de s'interroger sur l'avenir de ces filières qui alimentent le marché local et qui prévoyaient de passer petit à petit vers les marchés internationaux.
Maintenant que les premiers chiffres sont tombés, il est désormais possible de constater que l'arboriculture est durement touchée. En première position, l'on retrouve sans surprise, l'oliveraie locale qui a pris un sacré coup dont elle ne se relèvera pas avant une bonne décade. Les autres filières de l'arboriculture, qui constitue la principale activité agricole à la campagne, sont surtout les figuiers, les grenadiers, les pommiers, les cerisiers et d'autres produits du terroir gravement impactés. Dans cette situation, les agriculteurs n'ont pas d'autre choix que de compter sur les subventions et autres indemnisations.
Jusqu'à hier, les producteurs en question ne se faisaient pas trop d'illusions. Ils sont convaincus que pour régénérer les cultures anéanties par les incendies, il faudra plusieurs années.
Selon des agriculteurs interrogés, l'oliveraie locale nécessite au moins 5 ans pour repousser et une décade pour amorcer une production optimale. Ce constat, fait que les services concernés devraient faire activer et accélérer la cadence des opérations d'évaluation pour déterminer le budget nécessaire à la relance de ces filières.
Enfin, dans certaines régions, moins touchées par les incendies, l'oliveraie locale n'est pas touchée mais ne constitue pas une alternative. Pour les services concernés, les prévisions pour l'année prochaine s'annoncent déjà pessimistes.
Le secteur de l'oléiculture qui est le plus important en matière d'impact économique sur les familles s'annonce déjà avare en production. Les régions touchées par les incendies ont vu des centaines de milliers d'oliviers partir en fumée, ce qui anéantit totalement la production d'huile d'olive pour la saison prochaine.
En tout état de cause, les prévisions sont pessimistes tout au long des cinq prochaines années mais l'espoir est grand quant à la reprise de ces filières sur de bonnes bases.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.