Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2021

On se souvient que la fameuse et grave affaire dite de «l'autoroute Est-Ouest», d'où avaient échappé plusieurs pontes de l'époque, programmée au début de l'année dernière, elle a été reportée pour diverses raisons dont sur demande express d'avocats nouvellement constitués, donc, pas encore au parfum de l'affaire. Normalement, et si aucun os ne venait se mettre en travers, le dossier devrait être ficelé, ces jours- ci.
Le président du tribunal n'a même pas eu à appeler les jurés pour le fameux tirage au sort, et le greffier non plus, n'a pas eu à se farcir le très long et fastidieux arrêt de renvoi! Peu de temps avant l'appel des accusés, a laissé un dur constat: plusieurs accusés étaient loin du pays, certains d'entre eux ont préféré quitter définitivement la mère patrie pour ne plus revivre les affres passés, avec son long chapelet d'interrogatoires passés et ne plus avoir affaire à des spécialistes du fameux «tu goules ou tu goules pas»?
Entre-temps, les langues se sont déliées pour mettre à l'index la fameuse instruction du moment. Une instruction «télécommandée » qui se déroula avec un sac de ratés! Le procès dura 8 jours.
Le verdict fut annoncé le 7 mai 2015. 23 accusés dont 7 entreprises étrangères, étaient poursuivis par de lourdes accusations, où «le blanchiment d'argent»,, se retrouvait avec «la violation des mouvements des capitaux, la dilapidation de deniers publics, le trafic d'influence, l'abus de fonction, la corruption, et la perception d'indus cadeaux!» Au cours de lourds et électriques débats, en 2015, Tayeb Hellali, l'excellent président du tribunal criminel, agacé par les piques de certains conseils, s'était exclamé, en guise de protection contre les attaques gratuites des robes noires:
«Qui suis-je, moi, petit juge, pour convoquer des ministres ou d'autres personnalités qui ne figurent même pas sur l'arrêt de renvoi?»
D'ailleurs, il lira aisément les peines et acquittements avec beaucoup d'entrain, comme s'il voulait signifier par là, qu'il n'était pour rien, dans un procès qui a valu par les énergiques avocats de Madjdoub Chani, l'homme d'affaires algéro-luxembourgeois accusé principal dans cette affaire. Un accusé dont les avocats ont parlé de séquestration et de sévices durant 21 jours et nuits complets, avant sa présentation devant le juge d'instruction! Me Tayeb Belarif et Me Amine Sidhoum, avaient soulevé, en leur temps, des monts et des vaux, pour avoir, comme témoin, à la barre, Belgacem Zeghmati, le procureur général de l'époque, en vue d' avoir des éclaircissements sur le traitement de leur client Chani, qui a appelé en renfort, Me William Bourdon, le terrible avocat français qui a malheureusement, pour lui, lancé un «pétard mouillé», - il a lancé un ultimatum à Tayeb Hellalli, le président du tribunal criminel d'Alger, pour présenter, dans les 24 heures, les auteurs du rapt et les tortionnaires de son client-Cet avertissement a fait «pschitt» devant le juge, lequel a calmement rappelé à l'illustre plaideur, étranger, que la millénaire Tamourth, ne sera jamais une république bananière, prête à s'allonger devant le chantage, d'où qu'il émane! Par ailleurs, que de mots et de maux ont été présentés pour soulever l'inexplicable et révoltante absence d'Amar Ghoul, ex-ministre des Travaux publics! Ce ministre qui a, à l'époque, refusé de se déplacer chez le juge d'instruction, mais en faisant une énorme «concession» en répondant, par la suite, par écrit aux juges! Aujourd'hui, les données ont changé, Ghoul étant détenu pour d'autres affaires de corruption, il pourrait être convoqué pour un important témoignage. Ce qui s'apparenterait à un «élément nouveau» qui aboutirait sur l'ouverture d'une enquête à l'issue des débats à venir! Ce serait alors et seulement, à ce moment- là, une très, très longue «autoroute», équitable et juste à emprunter pour arriver à décrypter enfin, le fameux dossier «autoroute Est-Ouest»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.