Erratum    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    La culture se perd    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui contrôle les transporteurs?
Hausse surprise du prix du ticket de la ligne Oued Aïssi-Larbaâ Nath Irathen
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021

Les chauffeurs de Taxi assurant la ligne Oued Aïssi Larbaâ Nath Irathen viennent d'annoncer l'augmentation de leurs tarifications. Les affiches collées sur leurs véhicules ont étonné les voyageurs qui ne s'y attendaient pas, en cette période difficile de la rentrée sociale.
Aussi, un simple aller d'Oued Aïssi vers la ville de Larbaâ coûtera désormais,
70 dinars avec une réduction de 10 dinars pour Tamazirth et Aït Halli. L'augmentation non prévue par les citoyens, qui sont préoccupés par les rentrées scolaire et sociale va ainsi s'ajouter à d'autres hausses enregistrées dans tous les frais quotidiens.
Ce n'est pas la première fois que des transporteurs procèdent à l'augmentation de leurs tarifications, sans se soucier de l'aval des services concernés. Et ce n'est pas habituel que ces derniers interviennent pour remettre les choses à l'endroit.
Les derniers à augmenter les prix sont les transporteurs assurant la ligne Tizi Ouzou-Tigzirt. Devant l'étonnement des voyageurs les transporteurs ne semblaient aucunement gênés ni même inquiets de la réaction des services des transports. D'ailleurs, ils avaient raison de ne pas s'inquiéter, parce que ces
derniers ne sont jamais intervenus pour arrêter cette hausse des prix qui nargue les lois et les autorités.
Mais de l'autre côté, les arguments pour défendre cette hausse ne manquent pas. La hausse des prix des carburants, des lubrifiants, qui ont doublé, et la pièce détachée, en plus de l'état dégradé des routes sont des raisons assez convaincantes pour accepter cette décision.
« Au final, c'est toujours le voyageur qui paie la facture. Les transporteurs augmentent leurs prix et les services des transport connaissent bien les raisons et ferment les yeux, mais le citoyen est ignoré », fulmine un voyageur à Boukhalfa où les transporteurs de toutes les lignes ont déjà revu à la hausse leurs tarifs, narguant toutes les lois et les services concernés.
Les transporteurs savent pertinemment que la grève n'est pas un moyen efficace pour arracher leurs droits.
«Tu peux faire la grève durant un siècle et personne ne t'écoutera. Nous avons fait des grèves qui ont duré plus d'un trimestre, mais aucune partie ne s'était souciée de nos problèmes.
Alors nous nous sommes rendus à l'évidence qu'il faut passer à l'augmentation des tarifs parce que personne ne le fera à notre place »,
explique un transport
assurant la ligne Tizi Ouzou-Tigzirt. D'ailleurs, la décision a été prise d'augmenter les prix et aucune partie n'est intervenue.
Dans cette gestion du
secteur par les non-dits, il n' y a qu'une seule victime : le voyageur. Ce dernier n'a aucune protection. Les
services des transports n'interviennent jamais pour annuler les hausses décidées par les transporteurs, alors que les transporteurs agissent pour se protéger et protéger leur gagne-pain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.