JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un riche programme commémoratif
Tizi Ouzou
Publié dans L'Expression le 17 - 10 - 2021

La wilaya de Tizi Ouzou célèbre, aujourd'hui, le 60e anniversaire des événements du 17 octobre 1961, qui ont vu des centaines d'Algériens tués par la répression de la police française dans la capitale, Paris. Plusieurs institutions ont concocté un programme pour marquer cette date qui reste inoubliable dans la mémoire collective du peuple algérien. Une date qui perpétue un crime encore inavoué par la France officielle, qui avance à reculons sur le dossier malgré les preuves et les faits saillants rapportés par des historiens français de renom.
Aussi, pour commémorer cet évènement, en plus de la traditionnelle cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs, organisée habituellement par les services de la wilaya de Tizi Ouzou, le Musée du moudjahid met à profit cette occasion pour rendre un vibrant hommage à des condamnés à mort durant la Guerre de Libération nationale. Des témoignages seront apportés sur les circonstances et le combat de ces personnages qui représentent un pan de l'épopée du peuple algérien, en général et de son combat éternel pour sa dignité, en particulier.
Pour sa part, Tizi Ouzou célèbre cette journée mémorable par un riche programme qui s'étale sur une journée entière. À cet effet, une journée d'étude sera au menu de l'hommage qui fera également parler des acteurs qui ont vécu cet événement et qui apporteront, sans nul doute, des témoignages vivants sur la répression, mais aussi sur les préparations des marches et des organisateurs. Une journée d'étude qui sera aussi organisée en hommage à un responsable de la Fédération de France du Front de Libération nationale, Mohand Ourabah Feroudj. Des témoignages viendront éclairer sur le parcours de cet homme qui a consacré sa vie à la dignité de son pays.
Par ailleurs, la journée sera également marquée par l'organisation de deux conférences dont l'une sera animée par Mme Salhi, enseignante au département d'Histoire de l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, qui abordera cette date laquelle représente un crime encore non reconnu par la France officielle. Parallèlement, durant la même journée, des témoignages seront livrés par deux responsables de groupes de choc. Khelifa Midires et Ahmed Seridj livreront, en effet, des éclairages sur des faits qu'ils ont vécus et vus de leurs propres yeux.
Par ailleurs, il faut noter que la wilaya de Tizi Ouzou n'a pas raté l'occasion de rendre hommage à ces hommes qui ont porté la guerre sur le territoire du colonisateur et qui ont grandement participé au financement de la Guerre de Libération nationale. Les émigrés sont également les initiateurs du mouvement national car c'est en effet parmi les travailleurs expatriés qu'est née la première organisation, l'Etoile nord-africaine, d'où dérivent tous les courants politiques qui ont convergé vers l'action armée contre la force coloniale.
Enfin, il convient aussi de mentionner que des acteurs de la Fédération de France du FLN, sont encore vivants, mais inconnus. Des hommes, à l'instar de Saïd Hamdi qui a été chef de groupe de choc et habite à Draâ Ben Khedda. Dans ses témoignages, Aâmi Saïd relate son combat dans la collecte de fonds, parmi les émigrés, afin de financer l'action armée à l'intérieur du pays. Il raconte également les difficultés et les dangers de ce travail qui appelle un véritable engagement et surtout un vrai sacrifice et don de soi pour son pays. Des personnes qui méritent des hommages mais qui tardent à venir tant qu'ils sont encore vivants même si leur santé à visiblement décliné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.