Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Neuf éditions déjà!
Fête de la figue à Beni Maouche (Béjaïa)
Publié dans L'Expression le 20 - 10 - 2021

Les 130 exposants ont animé ce rendez-vous annuel, qui marque la fête de la figue sèche de Beni Maouche, une localité connue, depuis la nuit des temps pour la qualité de ses produits. Intervenant dans la conjoncture particulière vécue par la région durant l'été dernier, les visiteurs n'ont pas été surpris par la hausse du prix de ce produit très prisé.
Les incendies d'été et la pénurie d'eau sont pour beaucoup dans cette maigre récolte, qui fait flamber les prix du marché et laisse tout juste le droit au rêve aux nombreux visiteurs de cette foire, dont beaucoup repartent les mains vides.
72 000 quintaux de figues sèches ont été produits cette année. C'est trop faible pour stabiliser les prix, indique un responsable de la direction de l'agriculture. Ce déséquilibre entre l'offre et la demande a été, aussi, avancé par les producteurs, qui estiment qu'on ne peut pas aller en deçà de ce prix, pour une raison de rentabilité. Mais, expliquent-ils, la variété des figues laisse le choix au consommateur qui peut interagir en fonction de sa bourse. Entre 800 et 1 500 dinars, ce sont les prix affichés pour chaque variété de figue. S'il est vrai que la campagne de récolte n'est pas encore achevée, cela ne laisse pas espérer une quelconque baisse des prix, déplore Saïd, un des visiteurs, qui a longtemps déambulé dans les allées de la foire sans pouvoir faire la part des choses entre les qualités et les prix. Il reste indécis même s'il doit, coûte que coûte, s'approvisionner en figues sèches. «Posséder la figue constamment à la maison est une tradition chez nous», soutient-il. Sur une récolte globale de plus de 140 000 quintaux prévue, on n'en est qu'à la moitié, mais c'est déjà une performance tout juste moyenne, selon les observateurs, qui tablent sur le maintien du prix affiché à l'occasion de cette nouvelle édition. «Cette fête est une opportunité qui nous permet de mettre à l'honneur et d'écouler nos produits», souligne un exposant, qui explique que « seule l'abondance de l'offre peut induire une baisse du prix de la figue». La figue, sous toutes les espèces, son gabarit, sa couleur et sa saveur, orne les stands de la foire à côté d'autres produits du terroir dont l'olive, l'huile d'olive et le miel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.