Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pas de fumée sans feu
Le Makhzen et la politique du pire
Publié dans L'Expression le 20 - 11 - 2021

Porté à bout de bras par les parrains espagnol et français, le royaume marocain poursuit, depuis des décennies, une politique de subterfuges, de manipulations et d'achat des consciences afin de conférer à l'occupation illégale du Sahara occidental une prétendue légitimité. Cette quête a trouvé dans la décision de l'ancien président américain Donald Trump, monnayant une «reconnaissance» factice du fait colonial marocain contre la normalisation, au grand jour, de ses relations anciennes avec l'Etat hébreu, un alibi et Rabat a même utilisé ce prétexte ultime pour tenter de contraindre les dirigeants espagnols à une approche identique.
Cherchant sans cesse à «embellir le visage hideux» de cette occupation, pour reprendre les termes du représentant sahraoui en pays basque, le royaume marocain n'a pas trouvé mieux que de lancer des milliers de jeunes fuyant une misère extrême à l'assaut de l'enclave espagnol de Ceuta. Ses sicaires diplomatiques, à l'instar de l'inénarrable Omar Hillale qui sévit aux Nations unies sous le parrainage actif de son homologue israélien, ont pour mission, partout dans le monde et plus particulièrement en Afrique de nier une quelconque reprise de la guerre, au lendemain de l'agression commise à El Guerguerat contre des civils manifestant pacifiquement. Plus encore, la diplomatie de Mohamed VI est devenue le vecteur épidémiologique de la pénétration du continent par un Etat sioniste dont les peuples africains connaissent les liens étroits avec les anciens régimes de l'apartheid en Afrique du Sud, en Namibie et au Zimbabwe, notamment. Travaillant mano a mano depuis le triste sommet arabe de 1967 dans la capitale marocaine qui a vu les renseignements israéliens filmer et enregistrer les travaux et les débats censés préparer la guerre des Six-Jours, les services israélo-marocains sont, aujourd'hui, sur le pied de guerre pour faire imploser la région maghrébine, en témoignent les deux dernières attaques de drones contre des caravanes commerciales en territoire sahraoui. Sourd aux incantations stériles de l'ONU et tirant parti de l'impuissance toute platonique du Conseil de sécurité qui se contente de résolutions sans conséquence aucune, après des décennies de fausses promesses et d'engagements sans parti pris, le royaume marocain, secondé par l'Etat sioniste en vertu de l'importante communauté israélo-marocaine qui «tisse» des liens puissants entre les deux parties, va jusqu'à oser infiltrer les cercles dirigeants de ses propres parrains, grâce à un logiciel israélien Pegasus qui n'a pas révélé tous ses secrets, loin s'en faut. Avec cet instrument, il a ciblé tout ce qui peut compromettre sa mainmise au Sahara occidental, notamment tous les mouvements de solidarité avec le peuple sahraoui. Mieux, il parvient, avec la honteuse complicité des médias supra-nationaux, à maintenir une chape de plomb sur ses exactions dont est victime la population sahraouie.
Il est vrai que lorsque le parrain français s'aventure à nier toute identité historique, voire géographique, à la nation algérienne, il n'invente strictement rien et ne fait que reprendre à son compte des délires antérieurs signés par l'ancien Premier ministre de Hassan II, Abdelatif Filali, auteur indigne d'un ouvrage intitulé Le Maroc et le monde arabe dans lequel il affirmait, en 2008, entre autres mystifications, que l'Algérie n'a jamais été un Etat et que les pays arabes, le Maroc excepté bien sûr, ont échoué dans tout ce qu'ils ont entrepris: leurs politiques, leurs industrialisations, leur développement agricole...et leur combat au côté du peuple palestinien. Comme quoi, il n'y a pas de fumée sans feu...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.