Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dernier spasme des oligarques
Retour sur le détournement des 10 milliards de dollars
Publié dans L'Expression le 08 - 12 - 2021


Etonnante a été la révélation faite par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane. Prenant part à la Conférence nationale sur la relance de l'industrie, le Premier ministre en soulignant l'échec et l'inefficacité de la politique d'investissement qui était en vigueur dans le pays, a affirmé que «la dépense fiscale a atteint plus de 1 500 milliards de DA au cours des années 2018 et 2019, soit 10 milliards de dollars. «À la première lecture, ces chiffres apparaissent comme de simples statistiques abstraites, mais Aïmene Benabderrahmane va être plus explicite «ces 10 milliards de dollars ont été octroyés aux investisseurs privés, en guise de mesures incitatives et d'encouragement, sans que cela ne corresponde à une valeur ajoutée». Cette somme colossale a été donc donnée aux anciens oligarques pour faire des investissements, monter des usines et autres consortiums dans l'objectif de créer de l'emploi, relancer la machine économique et faire sortir le pays de la dépendance des hydrocarbures. Résultats des courses: zéro. L'Algérie n'a rien gagné avec cette politique qui semble, aujourd'hui, n'avoir été mise en place que pour permettre aux proches du cercle du pouvoir de s'enrichir. On peut donc aisément parler de détournement. Certes, les 10 milliards de dollars n'ont pas été cambriolés dans une banque, ni distribués dans des «sachets noirs» à l'abri des regards, mais c'est tout comme. Lorsque les ex-hommes d'affaires de l'ancien régime recevaient du «liquide», cela se passait au grand jour et même quelquefois, dans des cérémonies officielles sous couvert de «prêts d'investissement» ou encore d'un «montage financier» pour la création d'une plus-value. Il ne s'agissait là que d'une partie des sommes qui allaient se volatiliser. L'autre partie était accordée sous forme de mesures incitatives et d'encouragement avec la suppression des fiscalités et autres taxes. Et ce sont ces pratiques qui, en seulement 2 ans, ont coûté la bagatelle de 10 milliards de dollars au Trésor public, l'équivalent du budget d'un pays comme le Congo et la moitié de celui de la Tunisie!! À voir ce chiffre énorme, on comprend bien l'état d'esprit qui animait les oligarques durant les deux dernières années du mandat du défunt président Abdelaziz Bouteflika. Ces derniers qui appréhendaient et à juste titre le 5e mandat, ont fait une course contre la montre pour amasser le plus d'argent en un temps record. En fait, les anciens hommes politiques et les ex-oligarques avaient planté le décor pour faire croire à une réelle relance économique, le lancement d'une véritable industrie automobile et avaient même «pondu» des lois pour faire dans le «détournement légal». Il suffit pour s'en convaincre de rappeler les multitudes de procès des hommes d'affaires, lancés depuis 2019 et qui se poursuivent toujours. Aux tribunaux, les milliards octroyés coulaient à flots. Cela a, notamment été le cas dans le procès de l'ex-patron du FCE, Ali Haddad où il a été révélé que l'homme possédait 55 sociétés dont des sociétés écrans. Il a bénéficié, selon l'expertise de la justice, de 124 projets publics d'un montant total de 78 400 milliards de centimes, de 452 crédits d'un montant de 211 000 milliards de centimes et également de 73 000 autres milliards cts et de 15 crédits d'investissements de 34 000 milliards cts. Le même scénario s'est répété avec tous les autres oligarques qui se sont présentés à la barre. La justice avait fait état de pas moins de 1 130 milliards d'exonération des droits et taxes douanières pour une industrie automobile qui n'existe pas, mais Ahmed Ouyahia, l'ex-Premier ministre, droit dans ses bottes, avait alors répondu: «Vous dites que c'est un préjudice, mais pour moi, c'est un avantage accordé par la loi.» Ce qui n'était pas faux, cependant, il ne s'agissait malheureusement pas d'une erreur dans la prise de décision pour les ex- hauts responsables puisque la justice a révélé les contreparties. Certes, pas pour tous, mais certains ex-ministres ont reçu qui une villa qui une part d'actions pour ses enfants à titre d'exemple. En fait, pendant des années, les affaires de l'Etat étaient gérées par un petit groupe composé des hommes au pouvoir et de leurs amis proches, des hommes d'affaires qui détenaient les richesses du pays. C'est ailleurs que dans les institutions de l'Etat, que les affaires se réglaient, les marchés se concluaient et que les projets et les prêts bancaires s'octroyaient. Un mélange des genres complet, donc, entre les oligarques et le pouvoir avec un deal simple: le financement à coups de millions de dollars des campagnes électorales de l'ex-chef de l'Etat. Celle du 5e mandat avait amassé avant même son lancement quelque 700 milliards cts! Le mal était profond, l'Algérie nouvelle a-t-elle réussi à le déraciner?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.