Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des hauts et des bas de laine
L'économie mondiale à l'ombre du conflit ukrainien
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2022


Les experts s'alarment et se relaient pour une mise en garde qui semble à peine perçue par de nombreux pays. À l'instar des ondes sismiques provoquées par un séisme de forte magnitude, le conflit ukrainien, disent-ils, va lourdement peser sur les échéances de l'économie mondiale, de sorte que le FMI n'hésite pas à pronostiquer une croissance de 3,6, ans le meilleur des cas, contre 4,4% fin 2021. En outre, ce résultat est condamné à décroître de plus en plus vite, compte tenu de l'ampleur des sanctions imposées à la Russie par les pays occidentaux, avec comme corollaire une chute drastique de la consommation plombée par la hausse vertigineuse des prix, notamment ceux de l'énergie, et une volatilité incontrôlable des marchés financiers. A priori, les sanctions sont censées affecter principalement la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine mais elles vont, en réalité, avoir un effet boule de neige avec des retombées internationales multiples qui vont aller très au-delà des protagonistes majeurs du conflit. En première ligne de ces retombées, il y aura l'Europe où les prix des produits de base ainsi que des produits énergétiques vont subir une envolée exponentielle. Quant à l'impact humanitaire, il est encore difficile à mesurer mais tout indique qu'il risque fort d'atteindre des dimensions préoccupantes dans bon nombre de pays. En effet, la Russie comme l'Ukraine sont des producteurs de céréales vitaux pour un grand nombre de pays et la Russie s'avère un vecteur énergétique crucial pour l'Europe, qui aura bien du mal à s'affranchir de cette dépendance dans les délais prescrits par les récents sommets occidentaux où les Etats-Unis mettent la pression maximale en ce sens. Conscient de tous ces paramètres, le FMI a revu à la baisse les prévisions économiques de la plupart des pays directement ou indirectement concernés par les enjeux, y compris celles des Etats-Unis qui ont été réduites de 0,3 point. La nouvelle projection de cet organisme se fonde sur «le retrait, plus rapide que prévu, du soutien monétaire pour contenir l'inflation ainsi que l'impact d'une croissance plus faible de leurs partenaires commerciaux (...) résultant de la guerre» en Ukraine, a-t-il expliqué. Idem pour une Chine qui a beaucoup souffert de la pandémie et des nombreux confinements à grande échelle, comme celui de la capitale économique Shanghai, de sorte que sa croissance devrait tourner autour de 4,4% contre 8,1% en 2021. Quant à l'Europe, les prévisions sont encore plus inquiétantes puisque, selon le FMI, la régression va être la pus forte, passant de 3,9% en janvier dernier à 2,8%, l'Allemagne étant la plus affectée de par sa dépendance à l'énergie russe et perdant 1,7 point à 2,1% de croissance. Dans tous les cas de figure, l'envol des prix mondiaux des hydrocarbures et de beaucoup d'autres produits, parmi lesquels les céréales et certaines matières premières essentielles, vont entraîner un véritable choc négatif pour l'économie mondiale, le pays le plus atteint restant l'Ukraine dont le FMI évalue l'effondrement à hauteur de moins 35%... Seuls les pays exportateurs de pétrole et, dans une moindre mesure, de gaz naturel vont tirer leur épingle du jeu, l'Arabie saoudite affichant, d'ores et déjà, une prévision de croissance de l'ordre de 7,6%, soit 2,8 points de plus.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.