Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un nouvel ancrage à l'activité économique
Tebboune préside un Conseil des ministres spécial Code des investissements
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2022


Le président de la République Abdelmadjid Tebboune présidera, aujourd'hui, une réunion spéciale du Conseil des ministres. « La réunion spéciale du Conseil des ministres consacrée à l'examen et au débat du projet de la nouvelle loi relative à l'investissement», indique un communiqué de la présidence de la République. C'est la troisième fois que le nouveau Code des investissements sera débattu avant son adoption. Actualisé et présenté le 8 mai dernier, après un premier renvoi, devant le Conseil des ministres, le chef de l'Etat avait chargé le gouvernement de poursuivre l'enrichissement du projet de loi au regard de son importance et dans le souci d'assurer sa pérennité. À cet égard, le président Tebboune avait ordonné la mise en place d'un cadre juridique capable de «marquer une rupture totale et définitive avec les pratiques anciennes» et «pouvoir amorcer avec succès une nouvelle phase économique et de développement». Attendu, depuis deux ans, par les opérateurs économiques aussi bien nationaux qu'étrangers, le nouveau Code devrait constituer la «locomotive réelle» de la relance économique. Un nouvel ancrage à l'activité économique du pays. Ce projet de Code de l'investissement devra contenir la nouvelle vision stratégique pour la promotion de l'investissement en Algérie avec pour objectif d'assurer un cadre de travail approprié garantissant des opportunités d'investissement, dans un climat de confiance. Dans un message de voeux à l'occasion de l'avènement du Nouvel An 2022, le président Tebboune a affirmé que la nouvelle année sera celle du «décollage économique dans une Algérie nouvelle qui recourt à ses capacités, ouverte à la coopération avec tous les partenaires sur la base des intérêts communs et attachée à s'acquitter de son rôle à garantir la sécurité et la stabilité de la région». Le nouveau Code des investissements se doit d'être, également, attractif à même de permettre à l'Algérie d'attirer les IDE (investissements directs étrangers). D'autant que l'investissement local et étranger pour permettre à l'Algérie de passer d'un statut de pays importateur à celui d'exportateur est l'objectif de la nouvelle politique économique mise en place par les hautes autorités de l'Etat, ces derniers temps. Lors du Conseil des ministres du 13 mars dernier, le président Tebboune avait souligné la nécessité d'adopter une approche pragmatique, dans le traitement des IDE, dans l'objectif d'attirer les investissements qui garantissent le transfert de technologie et la création de plus de postes d'emploi. Pour ce faire, la mise en place d'un cadre légal stable et cohérent répondant aux attentes des investisseurs est plus qu'impératif. D'autant que l'objectif est de relancer l'économie nationale, après des années de léthargie, en mettant en place un cadre légal stable et cohérent répondant aux attentes des investisseurs, avec des procédures claires et fluides. Des vecteurs pris en charge en raison de l'instabilité chronique engendrée. Selon la nouvelle mouture, les articles contenus dans le Code des investissements ne seront pas sujet à des modifications par une loi de finances pour garantir un cadre légal, stable et cohérent dont l'objectif est de répondre aux attentes des investisseurs et de remettre l'économie nationale sur la voie de la croissance et du développement. D'autant que la nouvelle mouture prévoit de privilégier les investissements stratégiques. Depuis la Turquie, le président Tebboune a indiqué que le nouveau Code de l'investissement va marquer la rupture avec les anciennes pratiques qui ont depuis des décennies terni l'image du pays et freinent la roue du développement, insistant sur «la limitation de l'intervention de l'administration dans l'acte de l'investissement et les facilitations aux investisseurs locaux et étrangers». En somme, le développement de la production locale et la réduction de la facture des importations passent inéluctablement par le développement des investissements étrangers et locaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.