Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«C'est un superbe cadeau!»
Mohamed Abdallah, laur2at du prix Assia-Djebar
Publié dans L'Expression le 03 - 07 - 2022

L'Expression: Quel a été votre sentiment en apprenant que vous êtes le nouveau lauréat du Grand prix Assia Djebar?
Mohamed Abdallah: Une joie immense m'a envahi à ce moment-là. On croit parfois s'être préparé à tout, mais les plus grandes joies vous prennent souvent par surprise! C'est donc dans une certaine euphorie que j'ai accueilli cette nouvelle: ces moments sont rares et précieux dans la vie d'un écrivain.
À qui et à quoi avez-vous pensé sur place?
J'ai eu un bien grand mal à focaliser mes pensées à cet instant: ma concentration s'est brouillée et mon attention s'est portée sur mes camarades de table, sur toute la famille Apic qui célébrait ce succès en bonne et due forme!
S'il y a une personne à qui vous devez une partie de ce grand succès littéraire, peut-on savoir de qui il s'agit?
Je pense à deux personnes en premier lieu: mes éditeurs Samia Zennadi et Karim Chikh, qui ont cru en ce livre, qui m'ont soutenu à chaque étape et qui ont permis à cette aventure d'avoir lieu. Je leur dois une gratitude infinie.
À qui dédieriez-vous ce Grand Prix?
À ma maison d'édition, qui a fait vivre cet écrit avec une ferveur touchante et un enthousiasme formidable.
Aviez-vous un pressentiment que vous alliez obtenir ce Grand Prix malgré la rude concurrence car il s'agit d'une édition qui en regroupe plusieurs, le prix n'ayant pas été organisé depuis 2019?
Certains de mes proches me prédisaient un tel succès, mais honnêtement je ne voulais pas spéculer, me contentant de savourer mes nominations successives sur la longue liste, puis la shortlist comme autant de succès à part entière. J'ai donc vécu cette victoire davantage comme un superbe cadeau que comme une simple confirmation d'un pressentiment.
D'après vous, qu'est-ce que, dans «Le vent a dit son nom», aurait le plus séduit les membres du jury?
Je ne pourrai jamais me prononcer avec autant de certitude que les principaux intéressés à ce sujet! Mais j'espère qu'ils auront apprécié l'approche multiforme de l'histoire que propose ce roman, tentant de saisir les moments cruciaux de la destinée algérienne dans toute sa profondeur.
En entamant l'écriture de ce roman, votre quatrième faut-il le rappeler, aviez-vous pensé que ce roman n'allait pas être comme les autres et vous vaudra cette grande reconnaissance?
Honnêtement, je ne pense pas à ce genre de notion lorsque j'entame l'écriture d'un roman. Je me concentre sur les enjeux de la narration, sa structure, les personnages qui la feront vivre. Le reste apparaît une fois la publication du roman réalisée, lorsque les retours des lecteurs commencent à se faire jour et à éventuellement préfigurer des succès comme celui du 30 juin.
Avec l'obtention de ce prix, vous êtes le plus jeune récipiendaire du Grand prix Assia Djebar toutes éditions confondues, que signifie cela pour vous après avoir également été le plus jeune romancier algérien?
Je suis très heureux de cela, comme vous pouvez l'imaginer! C'est surtout un signe que cette aventure littéraire ne fait que commencer et cette perspective m'enthousiasme au-delà de toute mesure
.
Quel est le message que vous voudrez transmettre à toutes les personnes qui partagent votre bonheur à cette occasion ?
C'est avant tout un message de gratitude que je veux leur transmettre: leur joie démultiplie la mienne et je suis ravi et honoré par leur soutien.
Un mot sur votre maison d'édition s'impose, sans doute, avant de terminer?
Merci. C'est le mot qui résume le mieux le sentiment que j'ai à l'égard d'Apic, qui a su faire de ce pari littéraire une formidable histoire dont chaque moment restera gravé dans ma mémoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.