MOSTAGANEM : Encore 32 harraga interceptés par les gardes-côtes    Campagne électorale: des thèmes consensuels et des positionnements politiques    Début du vote dans les bureaux itinérants sillonnant les zones éparses et nomades    Biskra deviendra un pôle de production de l'électricité à l'horizon 2023    La Ligue arabe appelle à préserver le Liban des conflits régionaux    Natation/Championnat arabe jeunes: l'Algérien Ardjoun décroche sa 2ème médaille d'or    LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION, M. KAOUANE : La dignité de la presse "ne se conçoit pas sans la dignité du journaliste"    Oran: une fillette retrouvée morte quelques heures après sa disparition    Bordj Bou Arreridj: Saisie d'environ 50 kg de kif traité (GN)    AIN TEMOUCHENT : 1500 policiers pour assurer la sécurité du scrutin    Algérie : Le déficit commercial baisse à 9,5 milliards de dollars (douanes)    Le prix du panier de l'Opep à 59,90 dollars    Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta    Un nul, une victoire, un «taisez-vous», probables départs de Menad et Bouras... : Madjer a-t-il déjà marqué son territoire ?    Barrage Chafia d'El-Tarf : Des pluies généreuses et bénéfiques    Ligue 1 Mobilis - Réserves : Le Paradou AC, nouveau leader    Reporté pour la 4e fois : Le derby MCA-USMA fait-il peur ?    Oran : Le monoxyde de carbone, ce tueur silencieux    Festival international Cinéma et migrations : «Zeus» primé à Agadir    Gaïd Salah : «Le peuple peut voter en toute quiétude»    Allemagne /Elle n'arrive pas à former un gouvernement : Merkel, la chancelière vacille    Kenya /La Cour suprême a rendu son verdict : La réélection d'Uhuru Kenyatta validée    Syrie    Sa derniÚre apparition remonte à décembre 2016    Espagne    Libye    Irak    Ã‰tat de droit et pratiques au quotidien    BOUMERDES    MOUSSA TOUATI :    Rachid Boudjedra à propos de son pamphlet    La commission des finances s'explique    Le football algérien est-il évité par les grandes nations ?    Pendant ce temps au Maroc: L'industrie du cinéma est une chose sérieuse    Vaste opération d'aménagement sur la RN4: Vers la création d'un nouveau site de détente pour les familles    Le concours fixé au 26 décembre: L'Education recrute des médecins et des psychologues    Constantine - Un faux billet et des armes blanches saisis, 4 arrestations    Tlemcen: Dernier hommage à Choukri Mesli    Forum des pays exportateurs de gaz : Le 4e Sommet s'organisera le 24 novembre en Bolivie    La pluie se fait toujours aussi rare    Amokrane Mohamed-Chérif est un jeune Algérien content    Pénétrante autoroutière Bouira-Tizi Ouzou : Le tronçon sera réceptionné en mars 2019    Magnifique passe décisive de Hanni    Pour éviter la déstabilisation de son pays : Nicolas Maduro fait face aux pressions des Etats-Unis    Spectacle "Soufia" de Lila Borsali    Grine en "guest-star"à la librairie du Tiers monde    Dernier délai aujourd'hui pour les participants    Amar Seghir s'est éteint à 74 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.