L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Meilleur ambassadeur de l'art plastique algérien en Europe
Disparition de Abdelkader Houamel
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2018

Le plasticien Abdelkader Houamel, natif de N'gaous (Batna), décédé à l'âge de 82 ans mercredi à Rome (Italie), était le "meilleur ambassadeur" de l'art plastique algérien en Italie et en Europe, selon des témoignages recueillies par l'APS.
Pour l'artiste miniaturiste Moussa Kechkeche, également directeur de l'école régionale des beaux-arts de Batna, le défunt a réussi à donner "une image remarquable" de l'art plastique algérien notamment par ses œuvres consacrées à la femme targuie et ses bijoux ainsi qu'au folklore, à la musique et aux traditions des Touaregs.
M. Kechkeche qui a côtoyé le défunt artiste durant ses études d'art à Rome de 1981 à 1985, a également indiqué que "Houamel qui fut alors chargé du bureau des visas à l'ambassade d'Algérie à Rome a réussi par son pinceau et ses couleurs à renvoyer une belle image de la femme du Sahara algérien avec tous les détails de son monde et de ce qu'elle représente de patrimoine, de culture et d'authenticité plongeant leurs racines loin dans l'histoire humaine". Et d'ajouter : "Le défunt fut de la vague des plasticiens modernistes et a pu développer un style propre à lui ayant assuré une notoriété en Italie, où il s'était installé mais aussi dans les autres pays où il a exposé". Proche du défunt, Nabil Houamel a relevé que l'aventure artistique d'Abdelkader qui a rejoint très jeune les maquis de la Révolution de libération depuis djebel Boutaleb près de N'gaous a débuté avec une bourse d'étude des arts en 1961. Les moudjahidine de la Wilaya1 historique l'avaient aidé à traverser la frontière algérienne avec la Tunisie où il avait rencontré une équipe de journalistes radiophoniques italiens enquêtant sur la révolution, ajoute Nabil Houamel. Cette rencontre, a-t-il considéré, a été décisive pour la suite du parcours de l'artiste "considéré par le commandement du Front de libération nationale (FLN) comme un des cadres de l'Algérie indépendante". Abdelkader qui a fréquenté l'Académie des beaux-arts de Rome, où il s'était établi depuis 1961, s'est vite fait remarquer par ses œuvres en obtenant le 1er Prix "San Vito Romano" en 1962 puis en 1965 celui de "Citta di Gubbio" avant d'être nommé académicien de Teberiana Academia et fut décoré par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de la médaille du mérite le 8 juin 2000 à Oran à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste.
Il a également obtenu le 5 juillet 2002 une médaille décernée par le ministère de la Culture. Le défunt qui a laissé une empreinte singulière dans le mouvement artistique national bien que peu connu des artistes de la région des Aurès a été signalé en 1974 sur le Bolaffi, un catalogue d'art moderne en Italie qui consacre chaque année 50 artistes présentés par 50 critiques d'art.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.