Quatrième jour de campagne: les candidats focalisent leurs discours sur l'aspect économique    Caire: Eddalia met en avant les acquis de la femme algérienne dans divers domaines    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Casbah d'Alger : Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    Real : Gareth Bale en décalage avec le vestiaire ?    Accusés de malversations et de corruption: L'homme d'affaires Omar Alilat et l'ex-conseiller à la présidence Hachichi écroués    Se disputer avec soi-même    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Handball - Division Excellence: Belle opportunité pour l'ESA et le MCOT    Division nationale amateur - Ouest: Duel des extrêmes à Tiaret    Après trois jours de grève: Les enseignants du primaire maintiennent la pression    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Croissant-Rouge algérien: Lancement de la campagne «Repas chauds» pour les SDF    Campagne électorale : le discours cosmétique    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Une filière en quête d'accompagnement    Marche de soutien à l'organisation des élections    Un deuxième Prix d'excellence dans la catégorie nouvel «hôtel de luxe»    Saisie de 19.000 capsules à usage psychotropes    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Infantino réclame : "Les scandales liés à la corruption, plus jamais !"    Eliminatoires CAN-2021 (Gr. H) : Zambie 1- Zimbabwe 2    Euro-2020 : Les quatre dernières places attribuées en mars 2020    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    Rencontre Bensalah - Bedoui    ANIE Chorfi met en garde contre la violence !    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Agence CNAS de Mila : Portes ouvertes : " Les accidents de travail et les maladies professionnelles, c'est l'affaire de tous"    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Au deuxième jour de sa visite en 4e Région Militaire à Ouargla Gaïd Salah : "Le peuple a prouvé que c'est un peuple des grands défis"    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Sonatrach fournira du gaz naturel au groupe français Engie    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    CAN 2021. Botswana 0 – Algérie 1 (Groupe H) : Les Verts terminent l'année en beauté    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le système doit dégager dans son ensemble"
Les oranais l'ont réitéré pour le 7e vendredi de suite
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2019

Des milliers de protestataires, vêtus de vert, blanc et rouge ou drapés dans l'emblème national, ont défilé hier aux boulevards de l'ALN, Emir-Abdelkader, à l'avenue Larbi-Ben M'hidi …
Ce vendredi, de nombreux slogans exigeant le "jugement des voleurs" et la restitution de l'argent du peuple ont retenti dans le ciel d'Oran aux côtés des traditionnels appels au "départ du système dans sa totalité" et l'instauration d'une nouvelle République débarrassée de la isaba (la bande). "Nous marchons et nous continuerons de marcher jusqu'à ce que la isaba qui a détourné les richesses du peuple depuis 1962 rende des comptes", ont promis les Oranais qui ont battu le pavé pendant des heures. Et contrairement à ce que certains auraient pu croire après les événements de la semaine qui vient de s'écouler, le général-major Gaïd Salah est également contesté.
"Il fait partie du même système, il doit également dégager !", a ainsi tranché la rue en répétant toutefois son attachement à l'ANP par "l'armée et le peuple sont frères". Les milliers de protestataires, vêtus de vert, blanc et rouge ou drapés dans l'emblème national, qui ont défilé hier boulevard de l'ALN, avenue Larbi-Ben M'hidi, bd Emir-Abdelkader…, ont réitéré leur détermination à ne rien lâcher. La démission de Bouteflika, le départ de Lamamra, l'arrestation de Haddad, les menaces de poursuites judiciaires qui pèsent sur un certain nombre d'hommes d'affaires n'ont pas calmé leur colère. "Il faut qu'ils comprennent qu'ils n'ont pas le choix, qu'ils doivent tous partir. Comment attendre de corrompus qu'ils luttent contre la corruption ?", a lancé un jeune en exigeant le départ "des trois B". "Nous refusons que Bensalah, Bedoui et Belaïz continuent de gérer les affaires du pays. Ils sont le visage du système qui a mené l'Algérie à la faillite", a renchéri un autre en rappelant que "le gouvernement Bedoui est anticonstitutionnel et illégitime". Les protestataires s'en sont également pris à "Saïd Bouteflika et au général Toufik, deux faces d'une même pièce" et à de nombreux autres actuels ou anciens responsables. "Ceux qui se sont enrichis sur le dos du peuple doivent restituer l'argent et payer pour leurs méfaits", a-t-on encore insisté en rappelant que les partis politiques qui ont soutenu et profité du système sont concernés.
À côté des vagues humaines qui ne cessaient d'affluer vers le rond-point Zabana pour marcher sur le front de mer ou prendre la route du port, un groupe de jeunes a improvisé un espace de débat, à proximité du jardin situé près du lycée Lotfi. Plusieurs manifestants ont ainsi pu exprimer leur ressenti ou exposer, parfois débattre, de leurs idées et leur vision de la nouvelle Algérie. Un point commun liait l'ensemble des intervenants : l'impossibilité de construire du neuf avec du vieux : "Le système doit dégager dans son ensemble." Fait nouveau : certains commerces, dont des cafés et pizzerias, n'ont pas craint d'ouvrir. Après six vendredis de marche, il était devenu évident que la révolte algérienne était résolument pacifique…

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.