Université Blida 1 : Séjour d'études en Allemagne des étudiants en gestion des déchets    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Des astuces pour améliorer naturellement sa vue    Un scandale du foncier industriel à Skikda : Un investisseur «curieusement» écarté et remplacé !    Situation du logement public locatif à Sétif : 10 613 appartements non distribués    Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation    16e édition du rallye féminin    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Justice: L'ex-wali d'Alger et le wali d'El Bayadh sous contrôle judiciaire    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Bordj Badji-Mokhtar: Deux enfants meurent piqués par des scorpions    Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    MC Oran: L'éclaircie n'est pas pour demain    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Tlemcen: Disparition de la tente géante : Khalida Toumi et Abdelouahab Nourri devant la Justice    CAT: L'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Equipe Nationale : Delort signe son baptême du feu et offre la victoire aux Verts    Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne    Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Dans le respect des dispositions de la constitution : Urgence d'accélerer l'élection présidentielle affirme Gaïd Salah    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Préparation de la CAN-2019 : L'Algérie bat le Mali (3-2)    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Les personnes sinistrées seront indemnisées    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    300 milliards de dollars détournés en 20 ans !    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Le sujet qui fâche    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    L'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh mis sous contrôle judiciaire    La présidentielle et la lutte contre la corruption, deux priorités pour l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le système doit dégager dans son ensemble"
Les oranais l'ont réitéré pour le 7e vendredi de suite
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2019

Des milliers de protestataires, vêtus de vert, blanc et rouge ou drapés dans l'emblème national, ont défilé hier aux boulevards de l'ALN, Emir-Abdelkader, à l'avenue Larbi-Ben M'hidi …
Ce vendredi, de nombreux slogans exigeant le "jugement des voleurs" et la restitution de l'argent du peuple ont retenti dans le ciel d'Oran aux côtés des traditionnels appels au "départ du système dans sa totalité" et l'instauration d'une nouvelle République débarrassée de la isaba (la bande). "Nous marchons et nous continuerons de marcher jusqu'à ce que la isaba qui a détourné les richesses du peuple depuis 1962 rende des comptes", ont promis les Oranais qui ont battu le pavé pendant des heures. Et contrairement à ce que certains auraient pu croire après les événements de la semaine qui vient de s'écouler, le général-major Gaïd Salah est également contesté.
"Il fait partie du même système, il doit également dégager !", a ainsi tranché la rue en répétant toutefois son attachement à l'ANP par "l'armée et le peuple sont frères". Les milliers de protestataires, vêtus de vert, blanc et rouge ou drapés dans l'emblème national, qui ont défilé hier boulevard de l'ALN, avenue Larbi-Ben M'hidi, bd Emir-Abdelkader…, ont réitéré leur détermination à ne rien lâcher. La démission de Bouteflika, le départ de Lamamra, l'arrestation de Haddad, les menaces de poursuites judiciaires qui pèsent sur un certain nombre d'hommes d'affaires n'ont pas calmé leur colère. "Il faut qu'ils comprennent qu'ils n'ont pas le choix, qu'ils doivent tous partir. Comment attendre de corrompus qu'ils luttent contre la corruption ?", a lancé un jeune en exigeant le départ "des trois B". "Nous refusons que Bensalah, Bedoui et Belaïz continuent de gérer les affaires du pays. Ils sont le visage du système qui a mené l'Algérie à la faillite", a renchéri un autre en rappelant que "le gouvernement Bedoui est anticonstitutionnel et illégitime". Les protestataires s'en sont également pris à "Saïd Bouteflika et au général Toufik, deux faces d'une même pièce" et à de nombreux autres actuels ou anciens responsables. "Ceux qui se sont enrichis sur le dos du peuple doivent restituer l'argent et payer pour leurs méfaits", a-t-on encore insisté en rappelant que les partis politiques qui ont soutenu et profité du système sont concernés.
À côté des vagues humaines qui ne cessaient d'affluer vers le rond-point Zabana pour marcher sur le front de mer ou prendre la route du port, un groupe de jeunes a improvisé un espace de débat, à proximité du jardin situé près du lycée Lotfi. Plusieurs manifestants ont ainsi pu exprimer leur ressenti ou exposer, parfois débattre, de leurs idées et leur vision de la nouvelle Algérie. Un point commun liait l'ensemble des intervenants : l'impossibilité de construire du neuf avec du vieux : "Le système doit dégager dans son ensemble." Fait nouveau : certains commerces, dont des cafés et pizzerias, n'ont pas craint d'ouvrir. Après six vendredis de marche, il était devenu évident que la révolte algérienne était résolument pacifique…

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.