La fin de la récréation !    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    Les marches dénonçant l'ingérence étrangère,"une preuve irréfutable" de la conscience du peuple algérien    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    Les services de la Sûreté déjoue un plan de sabotage fomenté par le MAK    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    ACTUCULT    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"J'ai été arraché à la Casbah, mais j'y reste attaché"
L'auteur Nourreddine Louhal invité de l'Agora du livre
Publié dans Liberté le 05 - 05 - 2019

L'auteur a évoqué lors de cette rencontre son attachement à son vieux quartier, à travers duquel il s'est inspiré dans ses différents ouvrages.
L'espace "L'Agora du livre" de la librairie Mediabook d'Alger a ouvert ses portes dernièrement au journaliste et auteur Nourreddine Louhal pour un échange avec ses lecteurs à propos de ses publications qui tournent toutes autour de la Casbah d'Alger et de ses souvenirs d'enfance desquels il puise quelques clichés qui donneront le déclic pour une recherche plus poussée, puis une publication. Car, dira-t-il, à l'assistance composée surtout de Casbajis nostalgiques de la belle époque : "Chacun de mes livres est né d'une idée, d'un mot ou d'un manque qui fait tilt dans mon esprit et déclenche en moi l'envie de creuser plus loin dans mes souvenirs, et parfois dans certaines archives, bien qu'elles soient pratiquement inexistantes concernant les sujets traités."
Durant cet échange modéré par Abdelhakim Meziani, l'auteur reviendra sur sa naissance à la Casbah : "je suis né à Bir Djebbah (le puits de l'apiculteur" ; sur le départ forcé de sa famille : "On m'a arraché à la Casbah sans me demander mon avis" ; sur sa tristesse de voir un si beau site ainsi maltraité aussi bien par les institutions en charge de sa sauvegarde que par ses habitants qui, désireux du confort et de la modernité, oublient souvent que leurs actes irresponsables et irréfléchis fragilisent leurs bâtisses et les précipitent vers le danger imminent de l'écroulement. En effet, l'installation de canalisations, l'utilisation excessive de l'eau, le surpoids de l'ameublement sont autant de facteurs humains qui accentuent le danger.
Le simple et beau mobilier d'antan a disparu au profit de meubles lourds et encombrants. Des trésors d'ustensiles et d'instruments ont disparu. En ce mois du patrimoine, il était important pour Nourreddine Louhal, fervent défenseur de sa Casbah natal – tout autant que les autres Casbahs du pays car il y en a beaucoup d'autres et, hélas, pas en meilleur état – de relancer le débat sur cet état de délabrement physique du bâti en lui-même, mais aussi sur certaines pratiques de bon voisinage, des jeux de l'enfance, des habitudes familiales, des us et coutumes disparus, des "petites gens" de ces ruelles mythiques qui ont fait l'histoire, des valeurs que les parents inculquaient et que les enfants suivaient à la lettre. Avant d'évoquer ses différents écrits : "Chroniques de la Casbah", "Alger la blanche", "Alger la mystique ; qui se souvient des fontaines ?", "Sauvons nos salles de cinéma", "Les jeux de notre enfance"… l'auteur a tenu d'abord à rendre hommage et à remercier son papa qui travaillait chez le groupe Hachette installé à la rue Larbi-Ben-M'hidi et grâce à qui il a découvert le livre et il est tombé amoureux de la lecture puisqu'il allait passer ses dimanches au milieu de toute cette richesse qui l'a forgé, puis sa grand-mère qui le traînait avec elle dans ses différentes courses quotidiennes et à partir de là il a découvert sa Casbah qui lui est resté collé à la peau depuis et à l'infini. Cette Casbah qui souffre aujourd'hui de l'indifférence de ses habitants – parfois squatteurs qui s'imposent malgré le danger ­— qui ne la ménagent pas, de l'abandon des autorités concernées par sa réhabilitation, de l'inculture de certains responsables d'administration ou APC qui fait détruire des richesses du patrimoine, telles ces fontaines qui racontent chacune son histoire, ces palais, ces bains maures…
Une autre sonnette d'alarme est tirée pour signifier le danger et exiger réparation… Mais y aura-t-il un jour une réelle volonté et une démarche sérieuse de sauvegarde du patrimoine ou restera-t-il toujours victime d'une politique de l'autruche ?
Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.