Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du règne sans partage à la déchéance
Les chefs des partis au pouvoir accusés dans des affaires de corruption
Publié dans Liberté le 16 - 06 - 2019

Outre les patrons du RND, Ahmed Ouyahia, du MPA, Amara Benyounès, et de TAJ, Amar Ghoul, l'ancien secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, est, lui aussi, dans de beaux draps.
En quelques jours seulement, ce sont pas moins de trois cadres politiques importants, des symboles de l'ère Bouteflika, qui sont emprisonnés. D'autres personnalités sont attendues devant le conseiller désigné par la Cour suprême pour juger d'anciens ministres et walis. Dans le lot des personnalités convoquées par la Cour suprême, une bonne partie figure parmi les dirigeants des partis politiques de l'ancien pouvoir. Le président du MPA, Amara Benyounès, et le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, sont déjà en prison.
Le président de TAJ, Amar Ghoul, est attendu dans les prochains jours à la Cour suprême. La levée de son immunité parlementaire prendra un peu de temps et lui donnera quelques jours de répit. Mais en plus de son implication dans "l'affaire Haddad", son nom est cité dans d'autres affaires aussi compromettantes. C'est le cas du dossier de l'autoroute Est-Ouest qui sera rouvert dans les prochaines semaines.
Ce qui impliquera l'homme d'une manière directe ou indirecte, même si sa culpabilité (au même titre que celle des autres détenus) n'est toujours pas avérée. Outre Ahmed Ouyahia, Amara Benyounès et Amar Ghoul, l'ancien secrétaire général du FLN Djamel Ould-Abbes est, lui aussi, dans de beaux draps. L'ancien ministre de la Solidarité et de la Santé ne tardera pas à se présenter devant le juge désigné par la Cour suprême. D'autres cadres du FLN sont également concernés par ces affaires. Avec ces poursuites judiciaires et ces arrestations opérées dans les milieux politiques de l'ancien régime, c'est toute la structure politique de l'ancien pouvoir qui s'effrite.
Ces quatre partis politiques ont, ces dernières années, été les béquilles de propagande sur lesquelles s'appuyait le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Ce sont ces formations politiques qui ont montré un extraordinaire zèle lorsqu'il s'est agi de soutenir l'option du cinquième mandat. Ils ont appuyé ce choix jusqu'au bout. Même lorsque les Algériens sont sortis dans la rue, le 22 février, pour contester l'option du cinquième mandat, ces formations politiques, plus précisément ces personnalités concernées par les procès, adressaient une sorte de défi au peuple algérien en appuyant la candidature du chef de l'Etat déchu.
L'histoire étant un perpétuel recommencement, ce sont ces mêmes partis politiques qui ont répondu aux appels de Gaïd Salah, puis d'Abdelkader Bensalah. Ils ont applaudi toutes les décisions du nouveau pouvoir comme ils l'ont toujours fait. Plus que cela, ce sont ces mêmes partis (et eux seuls) qui ont répondu favorablement à l'appel au dialogue lancé par les deux dirigeants ces dernières semaines.
À la recherche d'interlocuteurs, le pouvoir n'a trouvé que ces formations politiques. Or, leurs chefs sont neutralisés et leurs structures sont quasiment en décrépitude. Ce qui posera un vrai problème aux rares militants qui restent encore dans ces partis. Mais plus que cela, la participation de figures de ces partis politiques discréditerait carrément toute initiative de dialogue. Ces affaires que traînent ces personnalités illustrent le degré de déliquescence du pouvoir algérien.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.