Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'état central a montré ses limites"
Mouloud Lounaouci et Arab Aknine ont débattu de la charte de l'ALD à Boghni
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

"La Défense nationale, le ministère des Affaires étrangères, le Parlement central, entre autres, seront érigés dans la capitale, alors que chaque région devra être dotée de son Parlement", a expliqué M. Lounaouci.
Le docteur Mouloud Lounaouci et le militant politique Arab Aknine ont animé, conjointement, une conférence-débat, ce week-end, au siège de l'association Tagmats Ali-Zamoum où ils sont longuement revenus sur l'avant-projet de la charte pour une Algérie libre et démocratique, ALD, ce document de réflexion auquel ont pris part de nombreux intellectuels et d'acteurs de la société civile pour une sortie de la crise dans laquelle l'Algérie se débat.
D'emblée, le docteur Mouloud Lounaouci a développé avec force détails les principes fondateurs de cette nouvelle Algérie à laquelle aspirent de millions d'Algériens depuis le 22 février. "Notre rencontre d'aujourd'hui entre dans le cadre d'une pédagogie sociale et citoyenne. Justement, dans cet avant-projet, tout est centré sur le citoyen car celui-ci est l'élément le plus important pour la construction d'une Algérie nouvelle qui sera républicaine, libre et démocratique", a-t-il souligné.
À ce titre, a considéré cet ancien militant du mouvement de 1980, cet objectif ne sera pas atteint s'il n'est pas entouré d'autres préalables dont le mode de gouvernance, l'égalité entre les sexes, la liberté de conscience, la liberté d'entreprendre, l'indépendance de la justice, la liberté de la presse et l'ouverture de l'espace public et bien sûr le respect de la volonté populaire.
Il a, par ailleurs, détaillé le type d'Etat à construire qui ne pourrait être qu'un Etat-régions, car, a-t-il estimé, "l'Etat centralisé instauré depuis l'indépendance est omnipotent et omniprésent et, surtout, il a montré ses limites". Pour lui, le découpage doit être selon des régions naturelles en fonction des populations qui les composent et de leur mode de vie qui diffère d'une région à une autre.
Poursuivant son intervention, le Dr Lounaouci a aussi évoqué les institutions administratives à mettre en place auxquelles des compétences régaliennes seront données. Il a cité, entre autres, l'institution juridique, la Défense nationale, le ministère des Affaires étrangères, le Parlement central qui, dit-il, seront érigés dans la capitale, alors que chaque région devra être dotée de son Parlement au sein duquel, a-t-il préconisé, devra dominer la démocratie de proximité.
Pour sa part, Arab Aknine commencera par dire que la société algérienne n'est pas plate et elle est en lutte permanente depuis 1980 en passant par 88, 2001 jusqu'à 2019. Il a estimé qu'à chaque fois que le pays est en crise, il faut revenir à l'Histoire. À ce titre, le conférencier aborde notamment la plateforme de la Soummam qui inspire encore le combat d'aujourd'hui.
"La plateforme de la Soummam est toujours d'actualité. Le projet d'Abane Ramdane est porté par tous les Algériens à travers tout le pays. Le principe de la primauté du civil sur le militaire est demandé dans toutes les marches", a-t-il rappelé soulignant que "c'est pour cela que l'avant-projet de charte pour une Algérie libre et démocratique s'est inspiré de la Soummam pour faire sortir notre pays de la crise".
"À chaque fois que le pays est au bord du précipice, des militants et patriotes engagés viennent à sa rescousse, et c'est pourquoi, nous avons pensé à rédiger ce document qui est soumis à enrichissement et au débat", a-t-il encore expliqué. Succédant à M. Aknine, Mahfoud Belabbas, ex-P/APW de Tizi Ouzou, a rassuré que les initiateurs de cette charte n'ont aucune intention de créer un parti politique.
Mais, au contraire, a-t-il encore dit, les partis politiques démocratiques peuvent s'inspirer de son contenu parce que le dénominateur commun est le même "pour une Algérie libre et démocratique" qui est traduit dans la rue par "Djazaïr, horra, démocratia", que l'on entend depuis l'avènement de la révolution du sourire du 22 février. Un riche débat a été ouvert au terme des communications.

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.