"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"
Abderrahmane Khelifa, chercheur et auteur, à "Liberté"
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2020

Parmi les nombreux auteurs invités au Salon du livre de Tizi Ouzou (18-23 janvier) figure Abderrahmane Khelifa, cet infatigable chercheur féru d'histoire, protecteur du patrimoine, citoyen soucieux de la sauvegarde et de la transmission. Rencontré sur place, en marge de la conférence qu'il a coanimée avec Kamel Stiti, le directeur du Parc culturel de Laghouat, il a bien voulu répondre aux questions de Liberté.
Liberté : Un mot sur votre participation à ce Salon du livre.
Abderrahmane Khelifa : Je suis heureux de participer avec les éditions Gaia à cette 12e édition du Salon du livre de Tizi Ouzou, avec des livres historiques, l'un sur Alger, l'autre sur Béjaïa, ainsi que le tout dernier qui est une chronologie de l'Algérie. Mais ma participation effective est une conférence que j'ai animée sur l'histoire de l'Algérie depuis deux millions quatre cent mille ans jusqu'à nos jours.
J'ai présenté des images de monuments à caractère historique à travers toutes les périodes de notre histoire. Ce qui est important à souligner, c'est la présence de jeunes lycéens qui étaient étonnés mais ravis de connaître l'histoire de leur pays de Tébessa à Maghnia et d'Alger à Tamanrasset à partir de sites et de monuments existants.
Quelle est selon vous l'utilité de ce genre de rencontres ?
Justement, ce genre de rencontres va permettre à nos jeunes élèves et lycéens de sortir du cercle restreint de leur wilaya, de découvrir leur pays et de s'ouvrir à d'autres régions du pays et même de s'ouvrir au monde. Et cette initiative qui est prise par la wilaya de Tizi Ouzou d'inviter la wilaya de Laghouat est une idée magnifique et incroyablement positive. Quoi de plus beau que de voir ces gens de Laghouat habillés en burnous à poils de chameau rencontrer leurs hôtes kabyles en burnous blanc.
C'est beau de voir ce croisement, et c'est utile de remonter à l'histoire et de savoir que cette ressemblance de coutumes et de costumes remonte à loin ; les études ont prouvé ce lien qui vient de l'époque numide des Massyles, les Massylii, et confirment la rencontre et le croisement parfois de ces gens du désert, ces nomades, avec les Berbères sédentaires. D'où l'importance justement de ce genre de rencontres pour rappeler cette histoire.
Faudrait-il les relancer et les multiplier, selon vous ?
Oui, faire beaucoup de rencontres sur l'histoire du pays et surtout un peu partout sur le vaste territoire qu'est l'Algérie. Les gens sont très demandeurs, et nos jeunes sont curieux de tout, ce sont les initiatives qui font défaut. Par ailleurs, ce que j'ai beaucoup apprécié ici, et je tiens à le dire, c'est que les organisateurs offrent des livres.
Et nous avons besoin d'offrir des livres. L'auteur a besoin de voir ses livres offerts comme présents, tout comme l'éditeur qui a besoin d'être encouragé. Quel beau geste que d'offrir ou de se faire offrir un livre comme cadeau au lieu d'un diplôme dont on n'a que faire. On a déjà notre diplôme universitaire qui nous suffit. C'est le livre et l'auteur qui doivent être valorisés.
Pourquoi cet intérêt pour les villes d'Algérie dans vos travaux de recherche ?
Justement, à travers mes recherches, puis mes publications, c'est à dire "des livres qui vont pérenniser des lieux, des dates et des monuments", je tiens par-dessus tout à intéresser chaque lecteur, chaque citoyen, à sa ville, à son environnement, et lui faire comprendre que là où il vit c'est une page d'histoire qui s'y est écrite tout aussi importante que les autres régions du pays. Et qu'il doit donc s'y intéresser et en être fier.
Vous avez publié récemment Chronologie de l'histoire de l'Algérie...
Chronologie de l'histoire de l'Algérie a été très bien accueilli par les lecteurs et a connu un franc succès lors des signatures au Sila ou en librairie. Il s'agit d'un livre où j'ai voulu répertorier toutes les dates de l'occupation de l'Algérie par différentes dynasties, car j'ai constaté que les Algériens ignoraient, pour la plupart, l'histoire de leur pays. Ce travail est destiné à tout le monde et pas seulement aux initiés, c'est pourquoi il n'y a pas de détails ou de commentaires, ce sont juste des dates accompagnées d'images pour appuyer et convaincre de la véracité du fait. Car les gens ont besoin de voir pour y croire.
C'est le cas par exemple de la région de Aïn Boucherit à côté de Sétif, premier berceau de l'humanité depuis deux millions quatre cent mille ans ; il fallait donner une image pour que les gens y croient. C'est une forme didactique d'apprentissage. C'est ma façon à moi d'intéresser le citoyen à son passé, à son identité, de le pousser à voyager dans d'autres villes, de lui donner envie de connaître l'autre et d'apprécier la richesse et la diversité de l'Algérie à travers son histoire et son patrimoine.

Propos recueillis par : Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.