Relizane : le camp de Ammi Moussa...haut lieu de torture de l'armée française    Tortures: pratiques barbares et inhumaines de l'armée coloniale française    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Coronavirus: plus de 5,5 millions de cas déclarés dans le monde    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Une célébration sans saveur à Mascara    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Permanence respectée à 99,44% par les commerçants durant les deux jours de l'Aïd el Fitr    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    La loi de Finances complémentaire devant l'APN    ESS - Affaire Halfaya: Nassim Saâdaoui passera-t-il aux aveux ?    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Belgaid: Trois individus arrêtés et près de 2 kg de kif saisis    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Les pharmaciens se désengagent    Le décret exécutif publié au JO    Une reprise graduelle et prudente    Vers un appui technique du département du Trésor américain    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion
Il publie des vidéos en appelant à leur libération
Publié dans Liberté le 04 - 04 - 2020

Ciseleur de mots, à la poésie d'une rare beauté, Lounis Aït Menguellet, sans doute l'un de nos plus célèbres poètes-chanteurs, n'a pas dérogé à sa réputation d'éveilleur de consciences et de défenseur impénitent des causes justes.
À l'instar de nombreux artistes sous d'autres latitudes, contraint lui aussi dans cette conjoncture de crise sanitaire au confinement dans sa Kabylie natale, Lounis Aït Menguellet, dans une démarche autant de sensibilisation que de communion avec ses milliers de fans, a publié des vidéos sur sa page facebook dans lesquelles il invite la population à observer les règles de prévention, mais aussi en appelant à la libération des détenus d'opinion.
"Le coronavirus nous a contraints au confinement, nous devons faire attention. Et chacun sait ce qu'il doit faire, je n'ai point besoin de vous le rappeler : à travers cette chanson, c'est une façon de nous retrouver. Et si ça vous plaît, on renouvellera l'expérience tant qu'on est confinés ; je n'oublierais pas d'évoquer les détenus d'opinion.
Je souhaite qu'ils retrouvent la liberté et que ceux qui les ont emprisonnés se plient à la raison", a lancé Aït Menguellet dans une première vidéo en interprétant un de ses vieux tubes, Anfiyi Kan (Laisse-moi), une chanson qui évoque les infortunés et les laissés-pour-compte. "À chaque fois qu'un malheur survient, il s'abat sur les malchanceux", dit sommairement la chanson.
Dans une seconde vidéo, Aït Menguellet reprend même une chanson de son riche répertoire, composée au début des années 1980, dans la foulée du printemps berbère, avec son lot de détenus, qu'il dédie aux détenus d'opinions, injustement incarcérés, qui croupissent aujourd'hui dans les prisons et dont on peut dire qu'elle fut prémonitoire en ce qu'elle décrit la situation de l'Algérie et son rappel du serment des ancêtres : le refus de la "servitude".
"L'endroit (l'Algérie, ndlr) devint une prison ornée de fer dont les portes se refermèrent sur nous. À nos appels, nos geôliers disaient lorsqu'ils répondaient : «Taisez-vous tant que nous sommes là !». Que je vous conte une histoire, lorsque se pose une lame sur la gorge, la vérité osera-t-elle franchir les lèvres ?
Que je vous conte une histoire sur celui qui s'est sacrifié sans que nul ne demande pourquoi. Ils nous ont trahi ceux en qui nous croyions hier. Depuis toujours, nous fûmes avertis contre toute vie de servitude pour que le dernier puisse se venger. Tout ce qu'ils nous ont raconté et le chemin qu'ils nous ont indiqué, qui sait vers où cela nous mènera ?
Ils se sont réunis et pris une décision sur nos têtes et ont tranché : ils sont omniscients et nous ignorants (…)", chante le poète qui, il y a quelques semaines, s'était déjà distingué à Paris en arborant lors d'un concert l'emblème amazigh en guise de soutien aux détenus. "Avec ce qui se passe, le droit est absent. Chacun avec les moyens dont il peut, on doit être avec eux, ils doivent être libérés", plaide-t-il. De quoi les réconforter en ces moments difficiles. Mais aussi d'entretenir la flamme de la mobilisation.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.