L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'écriture se vit comme un rêve"
Rencontre virtuelle avec le romancier Amara Lakhous
Publié dans Liberté le 16 - 07 - 2020

Organisée par le groupe "Novelphilia Society", cette rencontre a permis à l'auteur de revenir sur son écriture, son expérience et son rapport avec le cinéma.
Le groupe virtuel "Novelphilia Society", qui se veut une passerelle entre les auteurs et les lecteurs, a organisé dernièrement une rencontre avec le romancier Amara Lakhous. Auteur de nombreux romans en langues arabe, italienne et même anglaise, il est connu pour Comment téter de la louve (2003). Lors de cet échange avec les internautes, Amara Lakhous est revenu notamment sur son écriture et son rapport au cinéma.
Pour lui, l'acte d'écrire se vit comme un rêve, car "son bonheur est lié à l'écriture". À ce propos, il a raconté avoir découvert la lecture et l'écriture à l'adolescence, et qu'il avait un penchant pour les histoires qu'il retrouvait dans les livres ou les films. "À la lecture de Madame Bovary, je me suis rendu compte que l'écriture m'apportait du bonheur. Certes, commencer l'écriture d'une histoire suscite une sorte de peur. D'ailleurs, beaucoup d'écrivains passent par là, c'est une étape difficile. Mais l'écriture me procure cette joie", comme un rêve.
Par ailleurs, pour Amara Lakhous, l'écriture ne se vit pas seulement comme un "rêve", mais peut être également un acte de "production", une sorte d'industrie. "De nombreux auteurs font l'erreur de penser que l'écriture d'un roman s'achève au moment où ils remettent leur manuscrit à l'éditeur", a-t-il indiqué. Et de poursuivre : "Alors que c'est faux. L'écriture est un travail collectif et non individuel." Il a expliqué à ce sujet qu'il revoit le texte avec son éditeur ou alors des amis, comme Saïd Khatibi (écrivain, journaliste) qui a "lu Tayr el-lil, et nous décortiquons le texte ensemble". Questionné sur son style fluide et simple à la portée de tous, l'auteur du best-seller Choc des civilisations pour un ascenseur Piazza Vittorio (réécriture en italien du roman Comment téter la louve) a souligné que la simplicité dans le style est facile à lire mais difficile à écrire, et cette méthode permet une interaction avec un large public.
Il a cité pour exemple Dante qui écrivait dans un italien "vulgare" accessible aux gens des rues pour vulgariser ses récits. Dans le même sillage, le romancier a souligné sur la technique de l'écriture : "Quand tu écris, tu racontes une histoire. Si on choisit des mots, nous perdons les faits." Cette dernière est une pratique de certains poètes qui s'essayent au roman "alors que dans une histoire, il faut trouver le fait par lequel accrocher le lecteur et le pousser à finir toutes les pages".
Concernant sa relation avec le 7e art, il y attache une grande importance, car il "a beaucoup appris du cinéma, et ce, pas seulement dans les techniques d'écriture ou du scénario. Ce qui le touche énormément, c'est la construction des personnages. Aussi, le lieu est plus qu'un décor mais un personnage". Outre l'écriture, Amara Lakhous a évoqué, entre autres, son vécu à Alger, dans une famille originaire de Tizi Ouzou, et sa découverte de l'autre culture, celle de ses camarades et voisins, "deux cultures qui sont un héritage, un trésor".

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.