Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis
procès des 18 manifestants arrêtés le 5 octobre à alger
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

Seul Mohamed Amine Belmokhtar sera gardé en prison. Il a écopé d'un an de prison dont six mois fermes pour "atteinte à la personne du président de la République".
Au tribunal de Sidi M'hamed, il était 10h30 lorsque le verdict est tombé. L'issue du procès des dix-huit manifestants arrêtés le 5 octobre dernier a donné lieu à la relaxe de Seddik Touaoula, de Mohamed El-Hadi et d'Amine Ougour et à la condamnation à 6 mois avec sursis pour tous les autres pour ce qui est du premier dossier.
Celui-ci comptait huit personnes en mandat de dépôt, à savoir Lounès Dali, Hamza Ben Ghouba, Hicham Atlaoui, Menouar Ouazène, Bennouna Mustapha Abdeldjabbar, Zoheir Achouche, Hakim Mouhoubi, Mounir Ferragh. Les neuf autres sont, en l'occurrence, Seddik Touaoula, Tarek Hamoudi, Kamel Merouani, Fatehi Diyaoui, Amine Ougour, Merouani Oualouche, Bilal Kebir, Nasredine Behram, Mohamed ElHadi Kab, libérés, mais cités à comparaître.
Ils avaient eu droit aux mêmes chefs d'inculpation qui sont "attroupement non armé" et "incitation à trouble à l'ordre public". Seul Mohamed Amine Belmokhtar, qui a été jugé à part (2e dossier), sera gardé en prison. Il a écopé d'un an de prison dont six mois fermes pour "atteinte à la personne du président de la République".
Le procureur, pour rappel, avait requis 1 an de prison ferme pour les 17 accusés assortie de 100 000 DA d'amende pour les personnes détenues et 50 000 DA pour les autres non détenues et 3 ans pour Mohamed Amine Belmokhtar et 500 000 DA d'amende.
Pour la défense, le procès a comporté "un vice de forme flagrant car leur mise en détention est contraire à la loi". C'est, en effet, un argument mis en exergue par tout le collectif des avocats lors des plaidoiries parmi lesquels figuraient Mes Zahi, Bouchachi et Nabila Smaïl.
Cette dernière commentera l'issue du procès en la qualifiant de "verdict politique" évoquant "un précédent grave de la part de la magistrate qui, dans un Etat de droit, aurait dû lui coûter sa place". Selon elle, "la juge n'a fait aucun cadeau aux manifestants en les remettant en liberté".
Elle explique : "Les personnes qui ont été relaxées sont poursuivies pour les mêmes chefs d'inculpation. Il devrait, en conséquence, y avoir relaxe pour tout le monde." Les avocats ont également souligné avec force "le code pénal qui condamne l'attroupement (non armé) mais pas la marche (en mouvement)".
"Or, les prévenus ont été arrêtés parce qu'ils participaient à une marche pacifique sans aucun danger pour autrui ou de risque d'obstruer la circulation ou une activité commerciale." Les avocats rappellent aussi que sur les 17 prévenus, seul Menouar Ouazène a reconnu sa participation à la marche. Les autres ont tous nié les griefs retenus contre eux.
Pour Fetta Sadat, avocate et député RCD, "cette condamnation, aussi minime soit-elle, est inacceptable, car les personnes condamnées n'ont commis aucun acte délictuel. Ces personnes sont sorties commémorer les événements du 5 octobre 88 en participant à une marche populaire qui, en soi, n'est que l'exercice du droit à la citoyenneté".

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.