Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Erdogan appelle au boycott des produits français
Présumée campagne de Macron contre l'islam
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a appelé hier au boycott des produits français, ajoutant une pierre aux critiques qui pleuvent sur Emmanuel Macron au Moyen-Orient, après de récents propos défendant la liberté de caricaturer le prophète Mohamed et la liberté d'expression. "Tout comme en France certains disent ‘n'achetez pas les marques turques', je m'adresse d'ici à ma nation : surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas", a déclaré M. Erdogan dans un discours à Ankara.
"Une campagne de lynchage semblable à celle contre les juifs d'Europe avant la Seconde Guerre mondiale est en train d'être menée contre les musulmans", a-t-il ajouté, accusant certains dirigeants européens de "fascisme" et de "nazisme". À deux reprises, ce week-end, le président turc avait mis en cause la "santé mentale" du président français, Emmanuel Macron, dénonçant ses positions vis-à-vis des musulmans.
Le discours du président français lors d'un hommage national au professeur décapité dans un attentat islamiste le 16 octobre pour avoir montré des caricatures du prophète en classe avait notamment suscité sa colère. Emmanuel Macron avait promis que la France continuerait de défendre les caricatures. Le président français a toutefois enregistré une série de soutiens en Europe, à commencer par le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte.
"Les propos du président Erdogan à l'encontre du président Emmanuel Macron sont inacceptables. Les Pays-Bas défendent résolument aux côtés de la France les valeurs communes de l'UE. Pour la liberté d'expression et contre l'extrémisme et le radicalisme", a-t-il tweeté. La chancelière allemande, Angela Merkel, a condamné hier les propos diffamatoires d'Erdogan contre Macron.
Dimanche, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avaient également manifesté leur soutien au président français. Dès samedi soir, des produits français ont été retirés des rayons de supermarchés à Doha, au Qatar. En Jordanie, des vidéos sur les réseaux sociaux montraient des rayons de supermarchés vidés de leurs produits français, ou remplacés par ceux d'autres pays.
Les vidéos étaient accompagnées de hashtags #France Boycott ou "#Our Prophet is a red line" (Le prophète est notre ligne rouge). Des appels à manifester ont été lancés pour hier dans la bande de Gaza et aujourd'hui à Amman. Ce week-end, plusieurs rassemblements ont eu lieu en Tunisie ou dans certaines régions de Syrie, même s'ils n'ont réuni que quelques dizaines de personnes.


R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.