Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mes peintures sont une invitation au voyage"
Lyès Rab, artiste plasticien
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2020

Jeune artiste peintre diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts d'Azazga, Lyès Rab est un passionné des paysages, inspirés par la beauté naturelle de la Kabylie qu'il ne cesse depuis plusieurs années d'immortaliser dans ses tableaux.
"Je peins souvent les paysages de la Kabylie et un peu plus ceux de ma région natale Bouzeguène dont la nature m'offre des couleurs diversifiées et une lumière adéquate pour exécuter mes dessins", a, d'emblée, affirmé Lyès, pour qui la peinture est un voyage dans la nature.
"Mes peintures sont une invitation au voyage dans mon environnement naturel et le récit de mon vécu quotidien", a-t-il expliqué. Pour cet artiste, peindre est avant tout un rituel. "Peindre est un exercice quotidien.
Chaque coin de la nature qui m'entoure m'inspire ce besoin quotidien de reproduire ces paysages que la magie de la lumière transforme à longueur de journée", a-t-il affirmé, lui qui, pour peindre ses sujets, dit-il, se laisse guider par sa sensibilité. "Le choix de l'utilisation des couleurs est un acte chargé de sens.
Dans mon cas, c'est ma sensibilité qui va, spontanément et petit à petit, faire apparaître ma composition", a expliqué Lyès Rab. "Je travaille mes peintures de manière à leur donner, aussi, plus de lumière. Celle-ci permet à mes dessins de respirer. C'est aussi par la lumière que les sujets prennent forme", a-t-il poursuivi.
"Dans mes peintures, il m'arrive également d'utiliser de la sciure de bois pour créer des reliefs. Cela donne une autre texture à la toile, avec des formes qui ressortent de la surface", a indiqué Lyès, tout en expliquant que "ces formes qui surgissent dans mes sujets existent réellement dans la nature. Je ne fais que reproduire cette beauté naturelle".
Quant au choix des couleurs, Lyès a affirmé peindre plus avec des couleurs chaudes. "Mes couleurs sont flamboyantes. Elles s'entassent sur la toile pour créer une œuvre pleine de chaleur", a-t-il estimé.
En plus de sa passion pour la peinture, Lyès Rab aime transmettre son savoir-faire. Dans ce sillage, il a animé des ateliers au festival Raconte-Arts. "Ma participation au festival Raconte-Arts est une expérience extraordinaire.
C'est une dynamique culturelle riche et, depuis des années, je me suis engagé dans ce festival qui fait la promotion de notre patrimoine en animant des ateliers de peinture et de maquillage artistique", a expliqué Lyès Rab, pour qui Raconte-Arts constitue, soutient-il, "un univers qui permet l'épanouissement de nos expressions artistiques".
Quant à ses projets, il a indiqué qu'il est sur une série de peinture qui revisite son enfance. "Pour ce qui est de mes projets, je suis sur une série d'aquarelles intitulées Réminiscence de l'enfance, Tugniwin n temzi, que j'ai entamée depuis une année." "C'est une rétrospective de mon enfance et de moments qui ont marqué cette période et que j'essaye de retrouver par la peinture", a-t-il conclu.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.