L'opposition partagée    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Tinhinane Laceb retrouvée morte    OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    La directrice des médias limogée    Le juge menace de "quitter son corps"    Le RND émet quelques réserves    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    Cafouillage paralysant    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    Le consensus impossible?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les livres, gouverneront-ils un jour ?
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 26 - 11 - 2020

Bien que la lecture soit faible, bien qu'elle soit élitique et bien que les institutions chargées de la lecture, dans notre pays et dans la région, soient fragiles et vides, le livre fait peur aux ennemis des lumières. Une magie. Un génie. Le livre détient une force extraordinaire. Et c'est sans doute à cause de cette force inépuisable qu'incarne le livre que toutes les grandes religions terrestres ou célestes, grandes par leurs violences ou par leurs sagesses, ont choisi "le livre" pour en faire leur Histoire et leur légitimité.
La lettre est une bombe ! Un mythe.
L'Histoire humaine nous relate les différentes peines et sanctions que les livres ont endurées à travers les temps. Les livres dans toutes les langues. Les bons livres.
Dès que les livres intelligents bousculent le fanatisme religieux dans les interprétations des Livres sacrés, les porteurs de ce fanatisme ne reculent point pour commettre le crime abject et avilissant : jeter les livres des philosophes, d'écrivains littéraires, d'historiens au brasier !
Les livres sont des êtres vivants. Ils ont une âme et un corps. L'Histoire nous renseigne suffisamment sur les faits infâmes de l'Inquisition en Espagne, au Portugal et ailleurs. La main du feu est passée par là ! Les bûches. L'incinération ! La crémation ! Les odeurs des encres et des pigments. Feu ! Les odeurs des papyrus, des parchemins, des papiers chinois, des papiers japonais... Feu ! Et quand les livres sont attaqués, les écrivains de ces œuvres, les maîtres, ne sont pas non plus épargnés ! La destruction. Le feu. La pendaison. La potence. La guillotine. Il faut anéantir les deux, livre et écrivain du livre. On condamne un livre pour tuer son créateur. On assassine l'écrivain pour ne plus reproduire d'autres livres qui menacent l'obscurité et dérangent l'animalité humaine. Mais les livres, les bons livres, les indociles, les désobéissants, ressurgissent sous d'autres formes, dans d'autres contrées, dans d'autres langues.
Le livre est un mythe !
Le bon livre ne meurt jamais. Il renaît de ses cendres. Il traverse les langues. Franchit les frontières. Surmonte les censeurs et les censures. Il enfante et s'enfante.
On brûle un livre dans cette nation, pour le retrouver pris en charge par une autre nation. On extermine un livre dans une langue pour le
rencontrer dans une autre langue. Les langues sont hospitalières et généreuses. On assassine une voix écrivaine dans ce pays pour voir ses consœurs se multiplier ailleurs !
Le fascisme a commis un sale boulot. Des bibliothèques brûlées. Des livres massacrés. Des écrivains tués ou exilés. Le fascisme est l'usine de la diabolisation et de la malédiction.
Le stalinisme, de son côté, a massacré les livres. Beaucoup de sang déversé et beaucoup d'encre brûlée. Le Goulag. L'URSS. Staline. La mémoire de la Sibérie est encore fraîche pour nous raconter les épreuves d'écrivains exilés dans ce nulle-part : Soljenitsyne, Marina Tsvetaieva, Ossip Mandelstam, Varlam Chalamov... Et voici l'islamisme qui n'est qu'une autre édition du fascisme. Une édition religieuse. Sur les traces de ses pairs, l'inquisition, le fascisme, le stalinisme, à son tour l'islamisme a mis le feu dans tout ce qui est beau, par-dessus tout le livre. Il a incendié tout ce qui relève du rêve et de l'espoir : les bibliothèques, les salles de cinéma, les théâtres, la musique. Il a tué les fleuristes, les libraires, les bibliothécaires, les comédiens, les musiciens et bien sûr les écrivains.
On raconte que le chef de la conquête
musulmane Amr Ibn al-Ass (573 - 664), lors du siège de la ville d'Alexandrie en 642, ne sachant que faire des fonds livresques inestimables de sa célèbre bibliothèque, aurait demandé conseil au calife Omar Ibn al-Khattab (634 à 644), qui lui écrira : "Si ces livres sont conformes au Coran, ils sont inutiles et tu peux les détruire. S'ils sont contraires, ils sont pernicieux et tu dois les brûler." Les extrémistes religieux ont peur que les livres humains fassent éclipser, un jour, le Livre sacré ! Mais un Livre sacré ne pourra jamais prendre sa dimension spirituelle s'il est coupé des livres séculiers. Chaque livre, qu'il soit divin ou humain, sacré ou profane, a sa place dans l'Histoire humaine. Les écrivains comme les prophètes, les écrits sacrés comme les profanes, aux yeux de l'Histoire, sont tous sacrés : Moïse, Jésus, Mohammad, Confucius, Homère, Dante, El-Mutanabbi, El-Maâri, Averroès, Cervantès, Dostoïevski, Tolstoï, Shakespeare, Gibran Khalil Gibran, Emile Zola, Hemingway, Kateb Yacine, Dib, Naguib Mahfouz, Mouloud Mammeri, Laâbi, Amos Oz, Mahmoud Darwich, Philip Roth...

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.