Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ADE de Sétif passe à l'acte
POUR RECOUVRER 114 MILLIARDS DE CENTIMES DE CREANCES
Publié dans Liberté le 14 - 01 - 2021

L'Agence de l'algérienne des eaux de Sétif a lancé dimanche 10 janvier à partir de la commune d'El-Ouricia, à une dizaine de kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya de Sétif, une grande opération de coupures tous azimuts afin de recouvrer dans les plus brefs délais ses créances. Le choix de cette commune pour lancer l'opération n'est pas fortuit car, selon les cadres de l'ADE, des ménages de ladite commune qui refusent de payer leurs factures ont accumulé jusqu'à 50 000 DA d'impayés. Cela fait plusieurs mois que l'ADE de Sétif souffre de l'accumulation inquiétante des créances impayées.
Ces dernières ont, selon les responsables de la structure, atteint la somme de 114 milliards de centimes de créances détenues sur des APC, des administrations, des entreprises publiques et privées, etc. et ce, à travers les quatre coins de la wilaya. En effet, l'agence de Sétif, à l'instar des autres agences du pays, peine à recouvrer ses créances et, du coup, à trouver son équilibre financier, puisqu'elle peine aussi à payer ses factures de plus de 20 milliards de centimes auprès de la Société de distribution de l'électricité et du gaz (Sadeg). "Nous avons utilisé tous les moyens pour recouvrer à l'amiable nos créances, en vain. Le client est de plus en plus
exigeant, et nous n'avons pas les moyens pour assurer la continuité de la gestion du service public. Durant l'exercice écoulé, la maintenance nous a coûté pas moins de 1,5 milliard de centimes. Notre souci est d'assurer un service public honorable, tout en répondant aux doléances et à la demande de nos clients, cependant cela ne peut pas perdurer de cette façon car l'équilibre financier de notre agence est menacé", nous a révélé le directeur de l'agence de Sétif, M. Ali Kara Abdelaziz.
Et d'ajouter : "Pour cette année, nous avons dernièrement conclu un marché de 2 milliards de centimes pour l'acquisition de groupes électropompes émergées, cependant si les créances ne sont pas assainies, il y a un risque de ne pas honorer nos engagements." "Vu la situation déficitaire de l'entreprise qui dure depuis plusieurs mois à cause des mauvais payeurs, l'agence a décidé de passer à l'acte. Des procédures ont été engagées pour récupérer les créances. Nous allons aussi recourir à la justice pour recouvrer notre argent. Je tiens à rappeler que plusieurs fois nous avons invité nos clients à s'acquitter de leurs dus. En vain", nous dira M. Kerbab Miloud, chargé de la communication au niveau de l'agence. Et de renchérir : "L'accroissement des créances de notre agence est étroitement lié à l'impact de la crise sanitaire de la pandémie de coronavirus et avant cela au Hirak. Pour des raisons sociales et afin d'accompagner nos clients pendant la pandémie de Covid-19, nous avons évité de procéder à des coupures, cependant cela ne peut pas continuer, car la stabilité de l'agence est on ne peut plus menacée et les projets de son développement compromis." Les créances dont le montant va crescendo, notamment depuis le début de la pandémie de coronavirus, sont réparties comme suit : 69,5 milliards de centimes sont détenus sur les ménages, suivis par les APC et les administrations avec 16,5 milliards de centimes, les services avec 6,5 milliards de centimes, alors que le secteur industriel a, quant à lui, une dette de 3,5 milliards de centimes. Il est à souligner aussi que les responsables de l'ADE de Sétif revendiquent toujours de bénéficier de gré à gré davantage de projets de réalisation de réseaux et d'entretien dans la wilaya et ailleurs. Il est à noter que les équipes de l'agence ont procédé en 2020 à la réparation de plus de 8 000 fuites, soit une moyenne de 22 fuites par jour. L'enregistrement de 113 opérations de vol du liquide précieux est l'autre problème qui taraude l'esprit des gestionnaires qui ont plusieurs fois eu recours à la justice pour
valoir leurs droits.
FAOUZI SENOUSSAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.