La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le véhicule industriel en berne en 2021
LE RAPPORT DE L'OBSERVATOIRE "OVI" EST FORMEL
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2021

Les prévisions du marché du BTP, deuxième plus grand consommateur de véhicules industriels, sont elles aussi en berne pour cette année, sachant que la commande publique est réduite à une peau de chagrin, ajoutée aux investissements risqués.
L'Observatoire du véhicule industriel (OVI) est formel : l'année 2021 sera catastrophique. Les constructeurs devront faire preuve de patience et attendre 2022 pour sortir la tête de l'eau. "En 2020, les immatriculations de poids lourds neufs ont chuté de près de 25%. Ce repli est dû à une correction normale du marché amplifiée par la crise sanitaire", a indiqué cet observatoire. Ainsi, et selon le bilan 2020 présenté le 12 janvier dernier, il révèle une forte baisse des immatriculations neuves de poids lourds de plus de cinq tonnes.
"Confirmant les chiffres du Comité des constructeurs d'automobiles qui annoncent un marché contracté de 24,5%, les tracteurs ont le plus souffert avec une baisse de 33%, tandis que les porteurs reculent de 14,6%", selon l'OVI, qui a étudié les ventes jusqu'à fin novembre. Selon Jean-Michel Mercier, le directeur de l'OVI, "la baisse des immatriculations était attendue en 2020 en raison de leur niveau très élevé ces dernières années". En ce sens, il faut savoir qu'en 2019 ce marché avait en effet atteint un record et, pour 2020, l'OVI avait anticipé une correction de 10%.
Finalement, "la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 a amplifié cette correction", a affirmé ce responsable, qui ajoute que "le constat dressé pour les marchés européens est similaire". Il dira que "sans tenir compte de la pandémie, il était prévu que les immatriculations de véhicules de plus de 3,5 tonnes ralentissent de façon significative en Europe", ajoutant que "l'année 2019 avait dépassé le seuil des prévisions en termes d'immatriculations, un palier après cinq années de progression continue". La baisse du marché européen est estimée à 26,5% en 2020, soit 300 000 unités, en rapport avec la tendance française. L'OVI rappelle qu'"après la crise de 2008, sa chute avait été supérieure à 40%. En 2020, tous les pays de l'Europe de l'Ouest ont enregistré une contraction de 21 à 28% sur leur marché du véhicule industriel".
Du reste, des indicateurs laissent à penser qu'"aucun rebond ne se produira en 2021". À titre illustratif, pour la France, "on observe des carnets de commandes en baisse de 24% à fin 2020". Le deuxième indicateur émane de la Fédération nationale des transports routiers qui concerne la situation financière fragile et les capacités d'investissement réduites des transporteurs routiers en ce début d'année. Ainsi, "la moitié des transporteurs annoncent la diminution de leurs investissements en 2021.
Enfin, les prévisions du marché du BTP, deuxième plus grand consommateur de véhicules industriels, sont elles aussi en berne pour cette année". Du coup, l'OVI dit prévoir "le maintien des immatriculations de véhicules de plus de 5 tonnes en 2021 au niveau de 2020" et espère une légère progression. "Une reprise plus élevée paraît possible selon l'évolution de la crise sanitaire conditionnant les achats des grandes flottes et le rebond des commandes des transporteurs routiers et des acteurs du BTP", conclut l'OVI.
F. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.