Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les flammes de la passion
44e partie
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2021

Résumé : La jeune femme apprend à Nedjma qu'elle est mariée à Mustapha et qu'ils attendent leur troisième enfant. Elle aussi est la victime d'un scénario machiavélique. Cet homme perfide, sournois et égoïste n'était pas au Sud, où il n'avait fait qu'assurer le remplacement d'un enseignant il y a plus de deux années.
Elle s'interrompt et me regarde, puis désigne mon ventre :
- À nos enfants...
Je n'entendais plus rien. J'avais l'impression de vivre en dehors du temps, d'être propulsée sur une autre planète où aucun sens ne pouvait servir.
Je sentais mon sang se glacer dans mes veines. Ma langue était devenue lourde et pâteuse. Je n'arrivais plus ni à parler ni à assimiler ce qu'on me disait.
Ma mère s'inquiète soudain :
- Nedjma... Nedjma, ma fille. Qu'as-tu ?
Elle m'entraîna vers ma chambre et la jeune femme nous suit :
- Désolée de te causer autant d'ennuis, mais je ne pouvais me résigner au silence, en sachant que nous n'avions été toutes les deux que le dindon de la farce. Cette homme sans scrupules a peut-être une troisième femme ailleurs. Qu'en sait-on ?
Je laisse ma mère m'allonger sur mon lit et me couvrir, avant de répondre :
- J'aimerais connaître toute la réalité. Je ne peux pas prendre au sérieux ce que vous me racontez sans preuves formelles.
La jeune femme ouvre son sac et en sort un livret de famille :
- Tiens. Tu peux juger par toi-même de son nom, de son prénom et de sa date de naissance. Tu as aussi notre date de mariage et les dates de naissance respectives de nos deux premiers enfants.
À l'instar du mien, le livret de famille de la jeune femme comportait des renseignements identiques. Mustapha T. Un nom qui dansa devant mes yeux un moment, avant que je ne perdis connaissance.
À mon réveil, je constatais que ma chambre était plongée dans le noir. Les rideaux étaient tirés, et aucun bruit n'émanait de la maison.
Je tente de me lever, mais un vertige m'en dissuade. J'entendais un bruit de pas qui approchaient, puis la porte de ma chambre s'ouvrit :
- Ah enfin, tu te réveilles. Comment te sens-tu, ma fille ?
Ma mère s'approche de moi et me touche le front :
- Tu m'as fait une de ces peurs. Ton père a dû appeler le médecin. Ce dernier nous a rassurés sur ton état, avant de t'injecter un sédatif. Il nous a conseillé de te laisser te reposer. Il repassera demain matin.
Je tendis ma main vers la porte et ma mère comprit :
- La cause de tes soucis est partie. Mais je pense qu'elle reviendra. Pourquoi ne s'est-elle donc pas manifestée plus tôt ?
Je lève ma main pour interrompre ma mère :
- Non. Elle ne le savait pas. Ce salopard s'est joué de nous deux. Il pensait avoir gagné les deux parties.
- Mais pourquoi ? Pourquoi un homme marié et père de famille s'amuse-t-il à un tel jeu ?
Je haussais les épaules :
- Je n'en sais rien. Par amour peut-être ?
Cette idée agissait comme un baume sur moi. Mustapha m'avait épousée parce qu'il m'aimait. Mais c'était comme donner un jouet à un enfant pour le consoler
Cet homme était un beau parleur. Un fanfaron. Il s'était joué de mes sentiments et de ma naïveté. Cette homme ne m'a jamais aimée. Il voulait peut-être autre chose. Un intérêt quelconque l'avait conduit vers moi.
Je repensais aux projets qu'on faisait. Nous habitions chez mes parents depuis notre mariage et je remettais l'intégralité de mon salaire à ce mari indigne. L'argent !
Le mot traverse mon cerveau comme un éclair et se dresse devant mes yeux.
Il voulait mon salaire.
Quelle idiote j'étais ! Je n'avais vu que du feu. Je comprenais maintenant sa réaction alors que je lui annonçais ma grossesse. Il ne voulait pas avoir des enfants avec moi. Cela allait compromettre ses projets. Il voulait juste de l'argent. Mon salaire. Et puis, en sus, il vivait aux crochets de mes parents.
Les absences fréquentes s'expliquent maintenant. Mustapha passait du bon temps au sein de sa famille. Comment sa femme avait-elle fini par découvrir le pot-aux-roses ?
Le lendemain, Nassima, sa première femme, revint pour prendre de mes nouvelles. Je la contemplais un moment : mignonne à souhait, douce, agréable à la discussion et surtout
dotée d'un grand cœur.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.