Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen
229e anniversaire de la libération d'Oran de l'occupation espagnole
Publié dans Liberté le 01 - 03 - 2021

À l'occasion du 229e anniversaire de la libération d'Oran de l'occupation espagnole, le Crasc (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d'Oran a organisé hier une conférence-débat sous le titre générique "Oran : ville du savoir et du vivre ensemble", en présence notamment de Bouabdellah Ghlamallah, président du Haut Conseil islamique (HCI) et du conseiller du président de la République chargé des associations religieuses.
Les travaux de cette journée ont porté sur la réalité de la première et deuxième libérations de la ville d'Oran dans les écritures historiques, le rôle des érudits et des "tolba" dans la libération d'Oran, et les monuments architecturaux d'Oran pendant la période ottomane. Boumediene Bouzid, SG du HCI, a indiqué qu'"on peut investir cette histoire de la ville dans notre quotidien et dans l'avenir", expliquant que la première caractéristique d'Oran après chaque reconstruction est qu'elle reste une ville ouverte, brassant une population qui vit dans l'entente et le vivre ensemble.
À ce propos, il a précisé que "cette particularité n'est pas nouvelle et qu'elle est ancrée dans l'histoire", que les élites dans l'histoire d'Oran constituaient une force essentielle dans l'édification de l'Etat dans la ville, affirmant que le plus grand nombre de ces élites s'est formé du temps du bey Mohamed Ben Othmane El-Kébir qui a libéré la ville.
Pour preuve, il a cité quelques-uns des plus illustres élèves de ces écoles comme l'Emir Abdelkader, Ahmed Tidjani, le fondateur de la confrérie soufie, ainsi que les cadis qui sont partis à Fès, dont Abdellah Mecherfi. "Oran était le foyer de plusieurs mouvements scientifiques et soufis", a-t-il indiqué, résumant ainsi sa pensée.
De son côté, Djilali Mestari, directeur du Crasc, s'est dit heureux d'accueillir "cette élite scientifique et nos partenaires du HCI pour célébrer cette date", mettant l'accent sur cette armée de "tolba" qui représente ce lien à Oran entre le côté spirituel, la connaissance, la religion et la libération. Il a également indiqué qu'Oran est une ville du vivre ensemble et que les écoles de l'époque enseignaient aussi la façon de vivre avec les autres.
"Oran était une ville ouverte, une ville méditerranéenne", et de faire la transition avec les Jeux méditerranéens en soulignant qu'Oran sera une cité méditerranéenne par excellence, non seulement à travers le sport mais aussi par le truchement de son histoire et de sa mémoire. Rappelons que parmi les recommandations de cette conférence, la consécration de la libération d'Oran de l'occupation espagnole comme journée nationale.

SAID OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.