Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable
MARCHE OFFICIEL DES DEVISES
Publié dans Liberté le 06 - 05 - 2021

Confrontées au tarissement des ressources en devises, les autorités ne pourront envisager un quelconque marché où l'accès au change officiel deviendrait plus libre et plus facile.
Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a tenu avant-hier à préciser, une nouvelle fois, que les bureaux de change sont destinés aux non-résidents qui viennent échanger leurs devises contre des dinars algériens. Ce type de bureaux "sont disponibles dans des pays comptant un grand nombre de touristes vu que ces établissements sont destinés à couvrir leurs besoins et non pas pour les citoyens résidants", a ainsi indiqué Aymen Benabderrahmane, cité par l'APS.
En d'autres termes, en l'absence d'activité touristique plus ou moins développée, l'ouverture de bureaux de change en Algérie ne constitue pas une priorité. Il y a quelques années, rappelle-t-on, la Banque centrale avait annoncé que 46 agréments avaient été accordé à des bureaux de change, dans le cadre de l'ancienne instruction n°08-96 du 18 décembre 1996. Six seulement ont effectivement été créés. La BA avait évoqué le retrait de 40 agréments.
Treize ont été retirés à la demande des bénéficiaires et 27 ont été annulés pour non-création de bureaux de change. La frilosité pour l'ouverture de bureaux de change s'explique par la faible offre de devises et par la faible rémunération offerte à ces bureaux, qui était fixée à l'époque à 1%. Mais pas seulement. Certains économistes pointent, également, la prime appliquée sur le marché parallèle, beaucoup plus importante par rapport au taux de change officiel.
Les amendements introduits, en 2016, au règlement relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l'étranger et aux comptes devises n'a pas changé la situation. Selon des experts, une attractivité des niveaux de rémunération des bureaux de change officiels passerait davantage par un alignement ou un rapprochement des parités officielles et parallèles des devises que par la fixation de commissions plus ou moins appréciables.
En 2018, le Fonds monétaire international (FMI) a consacré une analyse au marché des changes parallèle en Algérie, relevant qu'il gagnait en ampleur et en sophistication. Pour l'institution financière internationale l'offre de devises sur le marché parallèle provient probablement, pour la majeure partie, du rapatriement des retraites d'anciens expatriés algériens, des envois de fonds d'expatriés algériens actuels, de la surfacturation des importations et des recettes touristiques qui échappent au secteur bancaire.
La demande semble être alimentée par les opérations de change en vue d'importations faisant l'objet de restrictions ou d'autres achats pour lesquels le bien-fondé de l'opération ne peut être établi, de la fuite de capitaux pour investir à l'étranger ou échapper à l'impôt, et/ou comme réserve de valeur et la spéculation sur les fluctuations des taux de change officiel et parallèle. "L'existence du marché parallèle complique la gestion macroéconomique car elle alimente les anticipations inflationnistes, fausse la formation des prix et affaiblit les canaux de transmission de la politique monétaire", estime l'institution de Bretton Woods.
L'ajustement progressif du taux de change officiel, le relèvement des plafonds indicatifs des montants en devises que les voyageurs peuvent emporter et l'assouplissement des restrictions aux importations pourraient réduire l'ampleur du marché parallèle, mais ne suffiraient pas à l'éliminer. Pour le FMI, l'unification des deux marchés ne sera possible qu'en libéralisant progressivement les transactions en capital, une mesure qui ne pourra être envisagée qu'une fois les conditions macroéconomiques devenues plus favorables.
En l'état actuel des choses, le pays, confronté qu'il est à un grave problème de tarissement de ses ressources en devises, ne peut envisager d'alimenter un quelconque marché où l'accès au change deviendrait plus libre et plus facile. Par ailleurs dans un contexte où le dinar est en perpétuelle chute et où l'inflation repart fortement à la hausse, la gestion du taux de change risque d'être problématique.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.