Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Paris ouverts sur de nouvelles hausses
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2021

La reprise des cours du brut amorcée depuis le début de l'année en cours a suscité l'enthousiasme des investisseurs et des analystes ; certains pariant désormais sur une bonne rentabilité du Brent cette année, pouvant atteindre 100 dollars le baril, une perspective impensable à la même époque de l'année dernière, alors que les économies et la demande mondiale de brut étaient sous le choc de la pandémie. Maintenant que la demande mondiale repart au galop, l'euphorie semble gagner le marché et les paris sont ouverts pour de nouvelles hausses des cours cette année, tant il est vrai que plusieurs facteurs viennent alimenter ces prévisions haussières.
La demande mondiale de pétrole brut devrait augmenter et connaître un bond jamais connu dans les six prochains mois, anticipait, plus tôt cette année, la banque américaine Goldman Sachs. La consommation mondiale de pétrole devrait atteindre les niveaux d'avant la pandémie au quatrième trimestre de cette année et dépasser la demande de 2019 en 2022, prévoit, à son tour, l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Le rebond de la croissance dans le monde, combiné à l'assouplissement des restrictions liées au Covid, y compris pour les voyages, devrait stimuler la demande de carburants et de produits pétrochimiques. L'autre facteur haussier vient du côté de l'offre. L'alliance Opep+ contrôle fermement une grande partie de l'offre mondiale de brut et préfère - jusqu'ici - maintenir l'alimentation du marché aux niveaux fixés en avril dernier avec, comme perspective, une levée progressive des coupes. Le ministre saoudien de l'Energie a, maintes fois, appelé à la prudence face à la résurgence de la pandémie dans certaines régions du monde.
Le sentiment haussier qui se dégage du marché a été alimenté, cette semaine, par l'élection du conservateur Ebrahim Raïssi en Iran, susceptible de compliquer les négociations sur le nucléaire iranien et de retarder le retour de ses millions de barils sur le marché. Les marchés pétroliers ont ainsi pris acte de la discipline des pays de l'Opep+ autant que des perspectives rassurantes concernant la robustesse de la reprise de l'économie mondiale.
"Mais il faut toujours garder à l'esprit que cette crise pétrolière est d'une grande complexité puisque s'y sont conjugués un choc d'offre (surproduction de l'Opec et des pétroles de schiste américains), un choc de demande et un choc économique du fait de la pandémie", estime Mourad Preure, expert pétrolier et président du cabinet Emergy. Ce dernier paramètre est difficilement prévisible et ses effets sont multidimensionnels, soutient-il, nourrissant une prévision plutôt mesurée quant à un retour à la situation d'avant-pandémie, un scénario qui, selon lui, "semble encore éloigné dans le temps avec beaucoup d'incertitudes qui, en définitive, déterminent fortement la demande".
"Une moyenne des prix autour de 65 dollars le baril en 2021 serait une belle performance, considérant probable que les prix s'apprécieraient de 10 dollars en 2022", estime Mourad Preure, contacté par Liberté. Ses prévisions restent éloignées du point d'équilibre pour l'économie algérienne qui devrait se situer au-delà des 100 dollars le baril. Cependant, le président du cabinet Emergy croit que "notre pays a les moyens, notamment financiers, pour passer cette crise.
Mais pour autant qu'il revoie en profondeur sa gouvernance économique, qu'il s'oriente de manière offensive dans une trajectoire d'émergence mobilisant toutes les ressources de la nation, au premier rang desquels, l'intelligence, l'initiative et le patriotisme des Algériens où qu'ils se trouvent, qu'il diversifie son économie en s'inscrivant de manière visionnaire dans les tendances structurantes de l'industrie mondiale portée par le savoir et l'innovation". Dans cette dynamique, estime Mourad Preure, "il nous revient de donner de la voilure à Sonatrach qui doit se porter aux standards d'excellence managériale et technologique internationaux et convoiter une place de leader dans la transition énergétique".

Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.