Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums
Dédiés à la patrie, à la femme et à l'exil
Publié dans Liberté le 27 - 07 - 2021

Sept ans après la parution de "Thilleli", l'artiste revient avec deux opus, entre reprises et nouveaux titres, qu'il dédie à la patrie, à notre glorieuse Histoire, à l'émigration clandestine, à l'exil et à sa défunte mère.
Le phénix est bel et bien de retour. M'hamed Ammar Khodja, l'auteur du célèbre tube Andath w'oudhmiw alemri, dont le dernier album, Thilleli, a été un triomphe en 2014, vient de signer son retour au studio Dihia, dont il est le propriétaire. Sept ans après, il y revient enregistrer deux albums, dont les titres seront prochainement dévoilés. Le premier comporte huit nouvelles chansons et le second neuf reprises qui paraîtront très prochainement, apprend-on du chanteur. Dans ces albums, Ammar Khodja nous livre, sans prosélytisme, des morceaux richement orchestrés portant sur ses réflexions sur le monde actuel et le sentiment de révolte qu'il lui inspire.
Le titre Thghadhiyi thadarthiw (Je compatis avec mon village) offre une belle entrée en la matière, invitant à se méfier des leaders religieux et politiques, ainsi que de cette nouvelle délinquance qui ne cesse d'envenimer davantage la société. Le chanteur n'a pas omis de situer le rôle de la femme kabyle dans la société, et c'est ainsi qu'il lui consacre un tube titré Eya kan anemssalah (Je t'invite à la réconciliation). Akwessigh ammi (Conseil d'un père à son fils) est une chanson que l'auteur a dédiée à son défunt beau-père, Ahcène Aïssa Terrak, connu pour son intégrité. Tharwihth oumiguigh lehssane (L'âme que j'ai tant protégée), Essellah (Les saints), Ayen akka idoughaledh ? (Pourquoi es-tu revenu ?) et Rouh ayassif dhilghardhik (Ô rivière, coule à ta guise) étant des chansons dans lesquelles Ammarkhodja traite, à travers les traditions les plus usitées, la cohésion et la cohabitation chez les diverses franges de la société, en dépit des multiples mutations idéologiques. Enfin, l'album s'achève par une reprise de Yarsad thachachith tsamidadith (Il s'est coiffé d'une toque bleue). Une chanson aux multiples sens, où se mêlent l'émigration clandestine et l'exil, teints de bonheur et de grisaille, chantée dans le temps par les femmes, à l'instar de la défunte Na Cherifa qui en faisait son "show" dans ses soirées pour femmes (Nouva el-khalath).
Auteur-compositeur et éditeur, Ammar Khodja joint sa voix à son fidèle mandole pour nous égayer avec ses chansons hors du commun. En plus de cette nouvelle réalisation, il a repris son avant-dernier album comportant neuf titres remixés. "L'envie de départ de ces albums, ce sont les orchestrations, les cordes, la richesse des timbres et des arrangements. L'instrumentation me permet de développer d'autres sortes de narration autour de ces chansons et de celles qui s'ensuivront", explique M'hamed Ammar Khodja. Aujourd'hui, ses fans, qui l'attendent depuis bien des années, auront à savourer ses airs consacrés principalement à l'amour de la patrie, à notre glorieuse Histoire, à l'émigration clandestine et cet éloge combien significatif à sa défunte mère : Edaâouyi selkhir Ayemma (Ô mère, couvre-moi de tes prières).
SALEM REMANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.