Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Des rejets à la pelle    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    La prise d'otage de tout un peuple    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Les camions poids lourd et les travaux routiers interdits la journée à Alger    Un militaire décédé et deux autres blessés aux frontières ouest du pays    Giroud : "Le retour de Benzema a créé un déséquilibre"    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'innovation pour relever le défi du développement durable    L'association RAJ dissoute    Près de 3 100 stagiaires inscrits à Naâma    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La population gronde
Draâ El-Mizan (Tizi Ouzou)
Publié dans Liberté le 07 - 09 - 2021

Exaspérés par de nombreux problèmes dont le manque d'eau potable, les habitants de Draâ El-Mizan (sud de Tizi Ouzou) ont renoué hier avec les actions de protestation pour crier leur colère.
Une colère qui présage déjà une rentrée sociale chaude dans la région. Rien que dans la matinée de dimanche, deux actions de protestation ont été enregistrées dans deux endroits différents de cette localité.
La première a été initiée par les représentants de douze villages du versant allant de Henia jusqu'à Tazrout qui ont observé un rassemblement devant la station de pompage d'eau sise au lieudit les Malek sur les hauteurs de Tizi Larbaâ.
Ils sont venus demander des explications sur cette pénurie d'eau dont ils souffrent depuis plusieurs mois. "Nous n'avons rien compris. Comment se fait-il que l'eau n'ait pas coulé dans nos robinets depuis quarante jours ?", s'interroge Hocine, représentant d'Ouled Aïssa. Un autre a affirmé que son village n'a pas été alimenté depuis trois mois.
Dans ce versant, les habitants paient la citerne d'eau entre 1500 DA et 2500 DA. Selon nos interlocuteurs, l'une des motopompes de cette station est grillée depuis une année et elle n'a pas été réparée, alors que la deuxième est tombée en panne. Le chef du secteur de l'ADE s'est rendu sur les lieux.
Selon le président de l'association Tafat d'Ouled Aïssa, le responsable de l'ADE leur a promis que la motopompe grillée est réparée et qu'elle sera installée dans l'après-midi et que tout sera mis en place pour alimenter les villages dès aujourd'hui. "Si encore une fois ces engagements ne sont pas tenus, nous passerons à d'autres actions plus radicales", a dit le représentant du village El-Aïnceur.
Dans la même journée, les habitants de la cité précaire de Maâmar sont revenus à la charge en fermant la RN 25 entre Draâ El-Mizan et Tizi Ouzou dans les deux sens, contraignant les automobilistes à faire demi-tour.
À travers leur action, ces habitants qui vivent dans des conditions inhumaines depuis 1963 exigent des autorités leur relogement dans l'immédiat. C'est la seconde fois, depuis juillet, que ces habitants manifestent pour se faire entendre.
"Lorsque nous avons fermé la route le 10 juillet, le chef de daïra nous avait promis que nous allions régler les frais d'entrée à nos logements entre le 1er et le 10 août et que nous serons relogés le 20 août. Suite à la dégradation de la situation sanitaire, l'opération a été différée. Depuis, nous n'avons pas reçu les décisions pour nous acquitter de ces droits d'entrée", explique un protestataire.
À noter que 76 familles de cette cité coloniale ont eu déjà leurs préaffectations pour être relogées à la cité 1000 logements sociaux sur la RN 30 menant à Boghni, dans le cadre de la résorption de l'habitat précaire.

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.