Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Surmonter l'héritage de la Seconde Guerre mondiale
L'EXEMPLE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN POLOGNE
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2021


Par : Mme BEATA DASZYŃSKA-MUZYCZKA
PRESIDENTE DU DIRECTOIRE DE LA BANQUE POLONAISE
BGK (BANK GOSPODARSTWA KRAJOWEGO
"À la faveur d'une ambitieuse politique d'investissements en Pologne, les différentes régions du pays sont de mieux en mieux connectées entre elles, ce qui est synonyme de plus d'égalité des chances de développement."
La Pologne fait partie de ces pays qui ont subi au XXe siècle les plus grandes destructions. Durant la Seconde Guerre mondiale, 6 millions de Polonais ont perdu la vie. Les Alliés ont changé le tracé de frontières du pays : à la place du vaste territoire à l'Est, la Pologne a obtenu la Silésie dévastée et la Poméranie.
Le pays a perdu plus de 30% de son territoire d'avant la guerre
La tragédie du conflit 1939-1945 fait ôter de l'imaginaire collectif le fait que déjà au sortir de la Grande Guerre, la Pologne était parmi les pays les plus détruits du globe. Après 1945, la Pologne a été fermée derrière le rideau de fer. Le communisme imposé par l'Union soviétique l'a empêchée de participer au grand boom économique que l'Occident a vécu jusque dans les années 1970.
C'était une chance perdue pour la Pologne de vivre sa version des Trente Glorieuses françaises ou de la dolce vita italienne. L'immense prix que le pays a payé est irrécupérable.
Au lieu de seulement commémorer le passé douloureux, nous devrions regarder de l'avant. La Pologne doit relever le défi qui consiste à mettre pleinement à profit son potentiel de développement. Cela nécessite une nouvelle perception du développement de toutes ses régions à la fois. Le programme d'investissements stratégiques réalisé par la banque BGK en coopération avec le gouvernement est justement une telle révolution d'approche, car il permet aux collectivités locales de bénéficier d'un soutien financier de la part du gouvernement à une échelle inédite.
Le déclin de la Pologne vers la fin du XVIIIe siècle n'a pas permis de penser à un plan stratégique de développement de la province polonaise au siècle suivant. Ce n'est que dans les années 1930, avec la création du Bassin industriel central, qu'un changement qualitatif a eu lieu. Pourtant, tout cela a été mis à mal par le 1er septembre 1939 et les autorités communistes d'après-guerre qui punissaient économiquement les régions où la résistance anticommuniste s'est prolongée durant de longues années après 1945. Aujourd'hui, grâce à l'ambitieuse politique d'investissements, les régions polonaises sont de mieux en mieux connectées entre elles, ce qui est synonyme de plus d'égalité des chances de développement.
D'après les données d'avant la pandémie de Covid-19, la Pologne était visitée par 20 millions de touristes chaque année, alors que son potentiel était estimé à 100 millions de touristes. Le tourisme reste donc toujours une énorme opportunité inexploitée de développement.
Peu de gens savent que le château d'Ogrodzieniec, propriété de la famille bourgeoise de banquiers Boner, avait l'ambition de rivaliser avec les châteaux les plus célèbres de l'Europe. La Pologne fière de son histoire et de son patrimoine est capable d'attirer plus de touristes et de revenues aux communités locales.
Idem de l'environnement naturel. Prenons l'exemple de la région de Podlachie qui durant l'époque communiste était très sous-investie. Aujourd'hui, grâce à d'ambitieux investissements, elle peut devenir un trésor touristique d'une Pologne et d'une Europe à la recherche du contact avec la nature.
Chaque région de notre pays recèle un potentiel unique. Notre tâche est d'en tirer profit et de mettre au grand jour la beauté de la Pologne. Pour cela, il nous faut de l'action et des décisions sages en matière d'investissements dans le développement des infrastructures, de la culture et des collectivités locales. Tout cela, j'en suis convaincue, est notre avenir.

Texte publié dans le mensuel Wszystko Co
Najważniejsze (Pologne) dans le cadre d'un
projet d'éducation historique de l'Institut
de la mémoire nationale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.