Le Barça officialise la prolongation de contrat d'Ansu Fati    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Une vraie digue contre la désinformation    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    L'armée syrienne bombarde Idlib    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Les Etats-Unis envoient leur ambassadrice à l'ONU    Le procès reporté au 17 novembre    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Un lourd fardeau pour les enfants    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Ahlam Mostaghanemi et Yasmina Khadra y participent    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Le FFS emboîte le pas au MSP    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Le FFS en colère !    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Nouveau tir d'un missile balistique    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Le Premier ministre confirme    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Astuces pour une meilleure visibilité    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions
FADELA SALMI, PLASTICIENNE ALGERIENNE
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2021

Les thématiques de cette artiste peintre autodidacte se veulent l'expression de son vécu et de la réalité d'un monde soumis à des questionnements existentiels. Universaliste, elle utilise des techniques, des couleurs et des symboles que lui inspirent également ses racines algériennes.
C'est à l'occasion d'une exposition au CCA de Paris, intitulée "Créativité féminine" et réunissant quatre plasticienne algériennes, que nous avons découvert l'artiste peintre autodidacte Fadela Salmi. Une impression se dégage de ses toiles : mouvement et explosion de couleurs. "Mes peintures expriment mon ressenti profond", explique celle qui est venue "fortuitement" à la peinture : "Un jour, j'ai ressenti l'envie de m'exprimer à travers des couleurs. Avant je le faisais par la poésie et des écrits."
Il se trouve que Fadela Salmi n'a jamais étudié la peinture, ni aux Beaux-Arts ni ailleurs. Celle dont l'envie de s'exprimer bouillonnait au plus profond de son être se fie à une amie qui lui fait découvrir les différents courants de la peinture.
"En parcourant le centre Beaubourg, le musée d'Orsay et le musée de l'Orangeraie qui abrite, entre autres, huit compositions monumentales de Nymphéas de Claude Monet, j'ai eu un coup de cœur pour ce maître, ainsi que pour Picasso", avoue-t-elle, ajoutant : "J'ai également visité les artistes de l'Yonne, George Hosotte et son fils Tristan, éminents peintres français, de manière à élargir mon horizon dans les domaines de la peinture."
Auparavant, elle pratiquait le dessin, révélant qu'un don artistique sommeillait en elle. "Ma première exposition eut lieu à Dijon en 2018, comme j'ai exposé 42 toiles au centre hospitalier de lutte contre le cancer Jean-François-Leclerc de cette ville."
Un journal de Dijon écrivait à cette occasion : "Les peintures de Fadela sont empreintes de sa générosité. Elle n'hésite pas à utiliser de nombreux matériaux différents – dont son favori est le bois – pour donner du relief à ses œuvres faites pour être regardées, mais aussi touchées."
En mettant ses peintures à la disposition des soignants et des patients du centre, elle souhaite les "faire voyager, leur mettre un peu de baume au cœur, tout en partageant le plaisir que je trouve dans la peinture".
Mais, observerait-on, comment une autodidacte pouvait-elle aller aussi loin, aussi vite ? "La peinture est venue me chercher, et j'ai laissé parler l'artiste qui est en moi. Chacun de nous possède une âme d'artiste et doit laisser ses émotions s'exprimer." Celle qui croit que "les rêves parfois deviennent réalité" a osé viser plus haut et devait exposer au Grand Palais à Paris, mais son élan fut brutalement interrompu par la pandémie de Covid-19.
Comme tout le monde, Fadela Salmi prend son mal en patience. Elle profite aujourd'hui de la reprise et des opportunités offertes par l'amélioration de la situation sanitaire et commence par décrocher une participation à une exposition au CCA le 10 septembre dernier.
Le public a pu découvrir Brumes, un tableau qui représente "les larmes" d'un monde en crise auquel Océan, tumultueux, donne écho. Tout près, Flamenco symbolise le mouvement et l'explosion de couleurs. Redon-dance, jeu de mots significatif, ressemble à une galaxie en rotation et en perpétuel recommencement.
Ce tableau est un exemple de l'originalité de l'œuvre de Fadela Salmi, qui ose associer la peinture à des matériaux comme le bois et parfois le métal. "Je donne ainsi aux visiteurs l'envie de voir et de toucher mes toiles."
Sa peinture, abstraite, rassemble les éléments de la nature, tels l'air, l'eau, le feu et la terre, représentés souvent en mouvement. Les thématiques de cette artiste peintre se veulent l'expression de son vécu et de la réalité d'un monde soumis à des questionnements existentiels.
Universaliste, elle utilise des techniques, des couleurs et des symboles que lui inspirent également ses racines algériennes. Fadela Salmi, née à Alger, a fréquenté un lycée de Chéraga avant de s'inscrire à l'ITE de Bouzaréha après le bac. Pendant treize ans, elle enseignera à Alger et Oran, avant de se rendre en 1993 en France, où elle s'occupe des enfants, jusqu'à sa récente retraite.
C'est un cas représentatif de ces nombreux artistes d'origine algérienne qui peuplent le monde des arts et des lettres un peu partout dans le monde et souhaitent établir des passerelles avec les institutions culturelles et le public de leur pays d'origine.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.