Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Makri annonce la participation de son parti aux élections locales
TOUT EN BROCARDANT LE PLAN D'ACTION DU GOUVERNEMENT
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2021

Sans surprise, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) prendra part aux prochaines élections locales prévues le 27 novembre prochain. C'est son président, Abderrezak Makri, qui l'a annoncé dans un discours prononcé, hier, à l'ouverture de l'université d'été de son parti.
"On ne cédera aucun espace. Malgré les difficultés et les entraves, on ne cédera pas au pessimisme", a-t-il affirmé, en soutenant que si son parti n'avait pas participé aux élections précédentes, il aurait aujourd'hui disparu.
Pour motiver cette décision, Makri est allé puiser des exemples dans le mouvement national, en citant Zighoud Youcef qui était un élu municipal et Mustapha Ben Boulaïd qui avait pris part aux élections de 1948, tout en connaissant, à l'avance, leur issue. "Notre référent, c'est le mouvement national", a-t-il clamé.
Cela dit, le président du MSP a reproché aux tenants du pouvoir de mettre des bâtons dans les roues des partis politiques pour qu'"ils ne deviennent pas des alternatives", en s'étonnant du nombre important de signatures exigées des partis pour prendre part aux élections locales tout en pointant du doigt le favoritisme dont ont bénéficié les indépendants.
"Il est illogique de mettre autant d'entraves devant les partis et de leur demander en même temps de participer aux élections dans un contexte de désaffection électorale, d'inflation...", a-t-il soutenu. "Le système ne conçoit pas les partis comme des partenaires, mais comme des affidés", a-t-il ajouté, tout en s'élevant contre la politique de fermeture imposée aux médias.
Evoquant le plan d'action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président Tebboune, le président du MSP a été très critique, en déplorant l'absence de chiffres, d'objectifs mesurables et de cap clair.
"Ce n'est pas un plan d'action, mais une déclaration de politique générale ou un programme électoral. Les programmes quinquennaux de Bouteflika sont de loin meilleurs que ce plan", a-t-il dit. Tout en contestant le taux d'inflation officielle, Makri a déploré le fait que l'ancien Premier ministre n'ait pas présenté de bilan après son départ.
La conviction de Makri est que le problème de l'économie algérienne est non pas dans l'absence de compétences ou de moyens, mais dans le système de gouvernance qui "produit l'échec" et surtout dans la mentalité dirigiste et autoritaire qui prévaut dans le pays.
Concernant la mesure de règlement à l'amiable garantissant la récupération des biens détournés contenue dans le plan d'action du gouvernement, le président du MSP a été très critique, allant jusqu'à la qualifier de "procédé dangereux" que son parti "n'acceptera pas". "Il y a une volonté d'engager des discussions avec la 'îssaba' pour récupérer l'argent détourné. La 'îssaba' est encore là et est toujours influente", s'est-il emporté.

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.