Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Ballon d'Or : L'agent de Lewandowski ne digère pas...    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Le pari perdu du FFS    Foot/Coupe arabe Fifa-2021: Réussir notre entrée face au Soudan    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Une bureaucratie en remplace une autre !    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Les nouvelles technologies au secours de la culture    La ville de tous les possibles    Exposition sur Charles de Foucauld à Alger    Collectif des Algériens établis en France: l'ONU appelée à agir pour stopper les crimes israéliens    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    Les précisions du Fonds national de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    Les enjeux prioritaires pour l'Algérie de demain    Le FLN et le RND se taillent la part du lion à l'APW    11 entraîneurs européens présents au Qatar    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    ES Ben Aknoun : Farid Zemiti nouvel entraîneur    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La riposte de l'Opep+    Un cas unique de corruption    Le dossier sahélien scruté    Assommants cachets...    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie représentée par Hedia Bensahli et Fadéla Chaïm-Allami
1er Salon du livre africain de Paris
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2021

Dédié aux littératures du continent noir, le salon, qui se déroulera du 24 au 26 septembre prochain à Paris, connaîtra la participation de pas moins d'une centaine d'écrivains, d'une trentaine d'éditeurs, d'universitaires et de journalistes. Les romancières Hedia Bensahli et Fadéla Chaïm-Allami représenteront l'Algérie lors de cette première édition.
Après le Salon international du livre, le Maghreb des livres, devenu depuis deux ans le Maghreb-Orient des livres, la capitale française s'apprête à accueillir le 1er Salon du livre africain qui se déroulera à la mairie du VIe arrondissement du 24 au 26 septembre 2021.
C'est bien la première fois que se tiendra une réunion des littératures africaines en présence naturellement d'éditeurs, de libraires et d'autres partenaires du monde du livre. Pas moins d'une centaine d'écrivains et d'une trentaine d'éditeurs sont en effet annoncés, ainsi que des universitaires et des journalistes, tous venant à la rencontre des amateurs des cultures africaines.
L'initiative de ce salon revient à Erick Monjour, Parisien du VIe arrondissement et "amoureux de sa terre natale, Madagascar". C'est pourquoi, depuis bien des années, Erick Monjour a entrepris d'"animer une association qui produit et commercialise des objets malgaches de décoration d'intérieur, fournissant ainsi du travail à des artisans de la Grande Île".
Les visiteurs pourront rencontrer des auteurs reconnus ainsi que des jeunes talents à découvrir. Les rencontres avec le public se feront sous la
forme de tables rondes, de débats et de séances de dédicaces, et le prix Senghor 2021 sera remis dans le cadre du salon.
Par ailleurs, des expositions, spectacles et défilés de mode animeront l'événement. Dans une déclaration, le maire du VIe arrondissement de Paris, M. Jean-Pierre Lecoq, relève le caractère culturel de sa circonscription : "Notre VIe arrondissement n'est-il pas depuis toujours ce 'quartier latin' tourné vers la culture, la littérature et l'édition ? Alors, ce Salon du livre africain est le bienvenu. Nous l'accueillons avec plaisir dans les salons de la mairie."
À noter qu'un espace jeunesse sera consacré à la littérature pour enfants, à la bande dessinée et aux livres éducatifs. Le Mobile Film Festival Africa diffusera les films courts réalisés sur mobile par les lauréats de cette année, choisis parmi des centaines de candidats provenant de 35 pays africains.
Si le salon est consacré principalement aux littératures et aux auteurs subsahariens qui y participent en force, des représentants des littératures nord-africaines sont également invités.
La littérature algérienne sera portée, entre autres, par Hedia Bensahli et Fadéla Chaïm-Allami. Née à Ténès, Hedia Bensahli est une romancière algérienne, auteure des romans Orages et L'Agonisant.
Orages a remporté en 2019 le prix littéraire Yamina-Mechakra, qui récompense chaque année trois œuvres littéraires de femmes algériennes, écrites en français, en arabe et en tamazight. Fadéla Chaïm-Allami, née à Alger, est une ancienne journaliste, poétesse et romancière.
Elle a publié plusieurs ouvrages dont Sur ma terrasse algéroise (éditions Lazhari Labter-2009), La Boqala désenchantée, roman (Alfa Barre-2012), Les oueds ne vont pas tous à la mer, poèmes (Unicité-2020).
En raison de la pandémie de Covid-19 – même si la situation s'est nettement améliorée en France –, les organisateurs soulignent que le pass sanitaire sera obligatoire et qu'une jauge des visiteurs sera observée.
Dans le but de permettre au plus grand nombre d'assister à cet événement, "il sera possible de prendre part aux tables rondes et présentations à distance, via Zoom entre autres, mais aussi via les réseaux sociaux", précise-t-on.
Inscrit sous l'intitulé "Les Afriques", ce 1er Salon du livre africain, soutenu par la Ville de Paris, la Mairie du VIe arrondissement et d'autres partenaires et qui ouvrira ses portes le vendredi 24 septembre à 14h, promet de refléter l'image des littératures du continent dans leur richesse et leur diversité. Nous y reviendrons.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.