Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan
BLOCAGE DU PORT PETROLIER AU SOUDAN
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2021

Les exportations de pétrole en provenance du Sud-Soudan vont pouvoir reprendre via le port soudanais de Bashayer, après un accord avec les manifestants qui le bloquaient, a annoncé Khartoum dimanche soir.
Cet accord est intervenu quelques heures après l'envoi par Khartoum d'une délégation ministérielle auprès des contestataires qui bloquaient le port et deux oléoducs.
"La réunion entre la délégation gouvernementale dirigée par le général Kabashi, membre du Conseil de souveraineté, et une délégation du Conseil Beja a abouti à un accord autorisant le passage des exportations pétrolières sud-soudanaises par le port de Bashayer", a déclaré dans un communiqué le Conseil de souveraineté de Khartoum, un organe militaro-civil qui chapeaute la transition avec le gouvernement civil.
Bashayer est le principal terminal, proche de Port-Soudan, à partir duquel le pétrole du Sud-Soudan, un pays enclavé, est expédié vers les marchés mondiaux.
Dans cette région pauvre par laquelle transite pourtant la majeure partie du commerce de ce pays, les protestataires dénoncent un accord de paix avec des rebelles qui, selon eux, ne leur assure pas une représentativité suffisante au sein des instances locales.
Signe que la crise était prise très au sérieux, la délégation ministérielle était composée d'un gradé de haut rang du Conseil de souveraineté, ainsi que des ministres des Affaires étrangères, de l'Intérieur, de l'Energie et des Transports.
Le ministre soudanais du Pétrole avait parlé samedi d'une situation "très grave", son pays étant déjà englué dans un marasme économique. Depuis une dizaine de jours, les Beja, l'une des plus grandes tribus de l'Est, bloquaient le port et des routes de Port-Soudan, le cœur commercial du Soudan.
Après avoir bloqué vendredi les accès à l'aéroport, ces manifestants ont fait monter la pression d'un cran samedi en bloquant l'unique oléoduc permettant au voisin sud-soudanais d'exporter son pétrole, ainsi qu'un autre permettant la distribution du pétrole sud-soudanais au Soudan. Le ministère soudanais du Pétrole a prévenu ne disposer de réserves d'hydrocarbures que pour "dix jours" dans un pays pris en étau entre pauvreté et inflation galopantes et austérité imposée par ses bailleurs internationaux.
Le général Abdel Fattah al-Burhane, qui dirige le Conseil de souveraineté, a estimé dimanche que les manifestations de Port-Soudan étaient "politiques". "Les blocages à Port-Soudan proviennent de citoyens ayant des revendications ; c'est un fait politique et il doit être géré de façon politique", a-t-il dit à l'occasion de l'inauguration d'un hôpital militaire à Khartoum.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.