Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Covid contamine les écoles
PLUS DE 55 ETABLISSEMENTS SCOLAIRES TOUCHES PAR L'EPIDEMIE
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2021

La situation sanitaire due à la pandémie de Covid-19 dans les établissements scolaires à Tizi Ouzou se dégrade à un rythme qui inquiète désormais de manière sérieuse. Signe de cette inquiétude, le wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi, a convoqué, dans l'après-midi d'avant-hier, un conseil de wilaya consacré essentiellement à cette question.
Des débats de cette rencontre dont la presse a été exclue, il ressort de prime abord que le secteur de l'éducation est en passe de devenir l'un des plus importants foyers de contamination par le virus de la Covid-19 dans la wilaya.
Selon les déclarations faites par le directeur de l'éducation, Ahmed Lalaoui, entre les cas suspects et les cas confirmés positifs, il y a au total 55 établissements scolaires de la région touchés par cette épidémie.
Soit une dizaine de plus en moins d'une semaine puisque, pour rappel, une responsable de la Direction de la santé, qui intervenait, mercredi dernier, sur les ondes de la radio locale, a cité le nombre de 45 établissements concernés.
Selon l'état présenté par le même directeur de l'éducation, aucun des trois paliers de l'enseignement général n'a été épargné par les contaminations.
Dudit conseil de wilaya, il ressort également que le virus se propage très rapidement dans le milieu scolaire tant le nombre d'élèves contaminés est passé de 35, le 1er décembre dernier, à 76 élèves en cinq jours.
À ces élèves contaminés, s'ajoutent également plus d'une trentaine de fonctionnaires contaminés, entre enseignants et employés de l'administration. Ahmed Lalaoui a, toutefois, tenu à rassurer quant à l'état de santé des élèves et du personnel testés positifs dont les analyses effectuées ont montré que le variant détecté est toujours le Delta.
Avec autant de contaminations qui ont franchi la barre des 100 cas rien que dans ce secteur de l'éducation, le wali Djilali Doumi n'a pas hésité à tirer la sonnette d'alarme et à appeler à la réactivation des mesures déjà adoptées lors de la troisième vague.
"La situation n'est pas en recul. Nous étions dans une progression arithmétique simple, et maintenant, nous sommes dans une progression géométrique. Malgré tous les moyens qu'on peut réunir en termes de places d'hospitalisation, de lits de réanimation et d'oxygène, ça finira par être insuffisant et j'ai bien peur que la situation empire s'il n'y a pas une accélération dans la réactivation des mesures barrières", a-t-il alerté, avant d'appeler à commencer à agir au plus vite, et prioritairement dans les établissements scolaires, notamment, dit-il, ceux d'Azeffoun et d'Azazga où la situation s'avère être inquiétante.
À ce titre, le wali a insisté notamment auprès des chefs de daïra, des communes et des associations de parents d'élèves pour s'impliquer dans cette lutte pour freiner la propagation du virus dans les écoles.
Le wali a également instruit le directeur de l'éducation à l'effet de relancer dans l'immédiat les campagnes de désinfection dans les établissements et de mettre à disposition les moyens de protection nécessaires afin de juguler, un tant soit peu, cette situation.
Il n'est, à vrai dire, pas trop tard pour maîtriser la situation d'autant plus que l'on dispose de l'avantage de l'approche des vacances scolaires fixées pour le 16 décembre prochain.
Mais pour le wali, cette lutte ne doit pas concerner le seul secteur de l'éducation, mais plutôt toute la société. "Il y a, malheureusement, une grande négligence, également en dehors des établissements scolaires. Or, il n'y a pas de remède miracle, les réflexes adoptés durant la troisième vague, ainsi que le travail de sensibilisation doivent revenir", a-t-il insisté.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.