La presse en Angleterre confirme pour Mbappé    Tebboune: «Rencontre inclusive» des partis politiques annoncée    Batimatec 2022: GSH présente sa solution globale    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    Obligation économique ?    La rançon d'une vie    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Sujets du Bac et du BEM: Les assurances du ministère de l'Education    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    D'autres chats à fouetter    Premier vol commercial au départ de Sanaa en 6 ans    Les évêques de Terre sainte accusent Israël de «manque de respect»    «C'est la guerre de l'eau»    Tabi et l'indépendance de la justice    La Caisse de garantie un outil performant    500 associations se mettent de la partie    Theo Hernandez enflamme l'Italie    2500 sapeurs-pompiers mobilisés    Les oubliés de la Solidarité nationale    La Présidence sur les chapeaux de roue    Tebboune renforce le front interne    Un député tire la sonnette d'alarme    Saisie de 3, 5 kg de mercure blanc    95 médecins spécialistes en renfort    «Le camp occidental est en dislocation»    La Casbah rouverte au grand public    Il rejoint le casting de la suite de «Dune»    Le langage codé des femmes    Le président Erdogan offre un dîner en l'honneur du Président Tebboune    Benabderrahmane procèdera à l'ouverture du séminaire international des amis de la Révolution algérienne    Algérie-Turquie: signature de la Déclaration commune du 1er Conseil de coopération de haut niveau    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des reports de procès en cascade
Conséquence de la grève des avocats
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2022

Outre le report des procès, les affaires des citoyens sont également impactées par le mouvement de grève. Les dossiers s'accumulent dans les tribunaux et les cours.
Pour la deuxième semaine consécutive, les avocats poursuivent leur grève, déclenchée en signe de protestation contre la loi de finances 2022. Cette action met les tribunaux à rude épreuve, puisque procès et audiences sont reportés. Une rencontre prévue aujourd'hui au ministère des Finances permettra très probablement de dénouer la crise. Cela faisait des semaines que les avocats tiraient la sonnette d'alarme sur les risques que faisait courir l'adoption de l'article de la loi de finances 2022 qui devait porter, à terme, le seuil de taxation des professionnels libéraux à plus de 53%.
Une mesure jugée "injuste" par les avocats, qui proposent, à la place, une retenue à la source, donc sur chaque affaire traitée. Pour les nombreux avocats interrogés par la presse, cette décision pénalise notamment les petits avocats, surtout que, comme beaucoup d'Algériens, ces derniers n'ont pas exercé durant le confinement sanitaire de 2020, sans pouvoir bénéficier de la compensation réservée par le gouvernement aux autres professionnels.
Les conséquences de ce débrayage ont cependant dépassé le seul cadre de la corporation des avocats. De nombreuses affaires, parmi les plus médiatiques, ont ainsi été reportées. C'est le cas du lourd dossier Sonatrach, dans lequel est impliqué l'ancien ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil. Prévu initialement le 3 janvier, le procès a été programmé une nouvelle fois pour le 17 du même mois avant d'être repoussé à aujourd'hui, 24 janvier. Mais il sera de nouveau reporté faute d'avocats. Il en sera de même pour le procès de l'homme d'affaires Amar Benamor et de l'ancienne ministre de l'Industrie, Djamila Tamazirt.
Ces deux procès, qui concernent des affaires de détournement de fonds publics et de corruption, ont déjà été reportés. Le même sort a été réservé au procès de Khalida Toumi. En détention depuis plus de 28 mois, l'ancienne ministre de la Culture espérait pouvoir enfin se défendre lors du procès prévu initialement le 20 janvier. Il a été repoussé. Une réunion décisive est néanmoins prévue aujourd'hui, entre les représentants des avocats et les responsables du ministère des Finances. Des avocats prévoient un dénouement qui passe par le gel de l'application de la disposition portant paiement de l'impôt à la source. Cette mesure sera applicable jusqu'à l'adoption d'une loi de finances complémentaire, en juin prochain.
Une autre disposition plus consensuelle sera alors prise. "Je pense qu'on va reprendre le travail mardi", a assuré une avocate. Si un accord n'est pas trouvé, d'autres procès seront reportés. C'est le cas de celui en appel du général à la retraite Ali Ghediri, qui devrait se tenir mercredi à la chambre d'appel criminelle du tribunal de Dar El-Beïda. L'ancien candidat à l'élection présidentielle avortée d'avril 2019 a été condamné en première instance, en septembre dernier, à une peine de 4 ans de prison.
Prévu cette semaine, le procès en appel de l'ancien ministre de la Justice, condamné en octobre dernier par la chambre criminelle à 6 ans de prison, risque d'être également ajourné. À ces procès s'ajoutent également ceux des citoyens ordinaires qui s'accumulent déjà dans les tribunaux et cours, souvent submergés par le nombre impressionnant de dossiers que les juges devront traiter. Cela comporte surtout le risque de voir des procès expédiés faute de temps.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.