Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Livres : Mohammed Aziz présente «J'accuse la France»
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 11 - 2018

La mère dans son infinie affection a dit dans sa lettre : «Mon fils, je sais que tu es à l'armée, tu dois faire ton devoir. Mais ne fais jamais de mal à personne, surtout à la population civile, n'oublie pas qu'ils ne font que défendre leur liberté et leur dignité qui leur ont été ravies par notre pays : la France. Ils sont dans leurs droits d'êtres humains»…
La lettre a été trouvée sur un jeune soldat français appelé, mort dans un des maquis du Mizrana. Elle révèle qu'il n' y avait pas que des salopards qui ont tué, égorgé et massacré des populations entières sous le couvert d'une France civilisatrice, pacificatrice d'un pays, un territoire riche de ses multiples civilisations qui n'avait de cesse d'attirer toutes les convoitises. La missive, citée plus haut, avait incité le moudjahid qui l'a trouvée sur le corps de son ennemi, happé par une mort brutale, à essayer de comprendre, de comprendre la guerre, de comprendre ce conflit par un aspect inédit, le point de vue probable de l'ennemi… Pour Mohammed Aziz, il affirme : «en écrivant, je panse mes plaies purulentes», il enchérit : «Les martyrs ont dit, écrivez notre histoire avec notre sang, et contez là aux générations futures», «La France doit reconnaitre ses crimes».
Ce livre n'est peut-être pas présent au salon du livre, il est plutôt édité à compte d'auteur (éditions El-Amel) et ne bénéficie pas des canaux de diffusion usités par les grandes maisons d'éditions qui ont pignons sur rue. Nous l'avons eu entre les mains un jour de septembre sur les hauteurs kabyles de la ville de Boudjellil et il nous a interpellés à plus d'un titre, d'abord son auteur l'a voulu comme un roman, même s'il possède les attributs littéraires du récit réaliste ancré sur une base de faits réels. L'auteur, Mohammed Aziz est un personnage dont la vie reste marquée par la perte de son père, chahid trois mois avant sa naissance. L'auteur, natif de 1958 n'aura de cesse de faire de cet acte fondateur une série de travaux consacrés à l'histoire de la guerre de libération nationale. Professeur de français de son état, Mohammed Aziz avait consacré la majorité de son premier ouvrage «J'accuse la France» à une sorte de pérégrination dans les maquis du Mizrana dès le déclenchement de la guerre de libération, ce sont donc des informations récoltées in-vivo sur une période située entre 1954, et 1958 avec un passage sur la vie de l'époque, de l'engagement de ces héros du cru qui ont lutté avec acharnement à la libération de cette grande nation.
L'auteur sur plus de deux cent pages a donné le ton du récit en inscrivant les rets de l'intrigue de son histoire dans les bras de ce que l'on devine comme étant son fils Amine qui repart grâce à ses deux aïeuls vers une sorte de quête tutélaire qui mènera ce jeune étudiant féru de l'histoire grandiose de son pays à la découverte de l'organisation sociale en Kabylie de l'époque, de comment s'organisait la lutte armée de libération, des maquis du Mizrana, la région dont est issue l'auteur qui inscrit dans une méthodologie intéressante son livre dans un contexte algérien plus général en citant des faits historiques, des dates, des faits précis par le canal de la transmission d'anciens moudjahid sollicités par Amine le jeune étudiant qui dans cet ouvrage devient une interface avec le lecteur.
Le récit est totalement impressionnant sur les dates, et cette immersion totale dont l'écrivain Aziz fait montre dans une attitude racontée qui reste complètement inédite, on ressent la force de l'histoire qui devient une sorte de feuilleton palpitant d'où surgit l'odeur du, feu, de la poudre et du sang, l'héroïsme incarné de ces jeunes, de ces moins jeunes, hommes et femmes organisés comme une seul personne pour que l'Algérie redevienne algérienne. Mais dans «J'accuse la France» dont le titre manifeste est utilisé à juste raison lève aussi un pan entier de voile sur d'autres questions courageuses et fondamentales, sincères et admises sur les harkis, les supplétifs de l'armée française sur nombre de situations qui n'ont pas été très assumées bien-sur de la part d'une armée coloniale à la férocité et la barbarie savante en atrocités diverses.
Nous éviterons de marquer d'un trait rouge quelques scories et maladresses dans le cheminement du récit, ou quelques scories écrites ici et là qui avec quelques aspects redondant qui nous ramènent de temps à autre à la même idée, c'est un premier roman, rappelons-le, ce qui en fait n'altère pas le caractère imaginatif de l'auteur, ni la force de ses évocations pour nous raconter les maquis, la Kabylie de l'époque, les divers clivages politiques, la vie au quotidien sur des dates précises, des faits pertinents et une narration tout simplement sans faille qui nous fait oublier le pathos ambiant et quelque peu sentimentaliste que recèle notre écrivain en herbe, eut égard à sa propre perception à son ressenti intimement puisé dans son héritage familial, son ascendance, d'ailleurs ce vécu prégnant de Mohammed Aziz justifie ce titre direct lancé comme un doigt accusateur inscrit dans la responsabilité totale de la France qui a de fait crée une multitude de situations complexes aux conséquence qui se ressentent encore aujourd'hui comme des blessures purulentes et qu'elle a voulu nous faire croire à une mission «civilisatrice», «pacificatrice», que l'auteur dans sa catharsis écrite essaie de transcender, en démontant le mythe pacificateur il a réussi à nous mener dans son histoire à la découverte de beaucoup de faits dans un style sobre, directe et fondamentalement efficace, nous attendons le deuxième opus avec impatience donc.
Roman, «J'accuse la France», de Mohammed Aziz, Editions El-Amel, Prix conseillé 500 Da.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.