Les étudiants perturbent une réunion du panel    Contestation en Algérie : «Le pouvoir est aux abois»    Les Algérois infatigables    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    Des administrateurs pour assurer la gestion    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Emploi, pas de quoi rassurer les Algériens    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Youcef Atal reprend les entraînements    Bouldjloud et Tiab tentent de raisonner les joueurs    55 accidents de la route durant le mois de juillet    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    L'ombre du passé    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Belaïli de retour à Angers ?    Editions Casbah. La Nuit des assassins, de Djillali Khellas : Quand la fiction dépasse la réalité    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Un jeune fauché par un train    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    Skikda: Naftal renforce ses capacités de stockage    Foncier à Oran: Plusieurs arrestations, dont l'ex-chef de la Sûreté de wilaya et le frère de Hamel    NC Magra: Une grande première pour le Nedjm    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    El tarf: Le CET récupère les peaux de moutons    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spéculations et baisse de l'offre
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 11 - 2018

Les prix du pétrole viennent de dégringoler après avoir culminé à leur plus haut niveau depuis quatre ans, ce qui fait craindre pour les pays exportateurs un désenchantement fâcheux, semblable à celui vécu en 2014, lorsque la production dépassait de loin les besoins du marché.
C'est à Dubaï, que producteurs vont se réunir pour s'entretenir de l'éventualité de restrictions de l'offre, à la suite de la baisse inquiétante constatée sur les marchés pétroliers, ces jours derniers. Les cours du pétrole ont chuté de 20%. Après avoir pourtant culminé, début octobre, à leur plus haut niveau depuis quatre ans, ils ont ensuite chuté de près de 20% en un mois après un bond de la production chez quelques grands pays producteurs, et la crainte d'une baisse de la demande en considération des stocks virtuels, et de la mise en application des sanctions économiques par les Américains contre l'Iran. La détermination des Iraniens de résister aux pressions des Américains en menaçant de faire baisser l'offre mondiale, et pas conséquent de faire grimper les prix, n'ont pas eu d'impact sur le marché.
Il était convenu dans la perspective des sanctions américaines, que Moscou et Ryad, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, avaient amendé en juin leur accord de limitation de la production, accord pris avec les autres pays de l'OPEP, pour pouvoir compenser la défection iranienne, en se donnant la possibilité d'extraire plus, et compenser la baisse des exportations pétrolières iraniennes en perspective.
Les Iraniens, pour contourner l'embargo, ont la ferme intention de vendre leur pétrole sur le marché parallèle, en direction principalement de la Chine, cette option combinée avec les accélérations des productions du pétrole de schiste par les Etats-Unis, avec pour finalité de parvenir à une saturation des stocks, malgré des signes de ralentissement de la demande pour faire chuter les prix.
L'opinion publique occidentale ne s'était pas faite prier pour manifester au président américain Donald Trump leurs désapprobations en lui imputant les remontées du prix du pétrole.
Selon certains analystes, les positions spéculatives se sont accrues et les investisseurs pariant sur une baisse de la production de l'Organisation, et d'une baisse des extractions du pétrole non conventionnel sont en train de remettre en cause leurs analyses.
Les Etats membres de l'Opep et les pays exportateurs associés à l'organisation sont majoritairement «favorables» à une réduction de l'offre mondiale de brut, a déclaré hier le ministre omanais du Pétrole, Mohammed ben Hamad al Roumhi.
«Beaucoup d'entre nous partagent ce point de vue», a déclaré le ministre qui s'exprimait à Abou Dhabi à l'occasion de la réunion du comité ministériel conjoint de surveillance OPEP/non-OPEP (JMMC) écrit l'APS hier 11 novembre. Dans l'un de ses derniers rapports le cartel Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont renouvelé, fin novembre 2017, et ce, jusqu'à fin 2018 un accord de baisse de la production, qui vise à rééquilibrer le marché mondial.
Dans son dernier rapport, l'Organisation a indiqué qu'en 2018, la production de brut de l'Opep devrait atteindre 33,2 mb/j, un chiffre supérieur aux niveaux de production de cette année (32,8 mb/j), mais moins qu'anticipé jusqu'alors.
Pour rappel, la production de brut de l'organisation a baissé en novembre 2017, selon le rapport qui précise que les quatorze pays du cartel ont pompé un total de 32,45 mbj en novembre, soit 133.000 barils par jour de moins qu'en octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.