Ali Benflis déposera son dossier cette semaine    La difficulté d'accès aux sources mise en exergue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Le rendez-vous de Benflis    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Le face-à-face    Les résultats plombés par les lignes intérieures    «Le système de Sécurité sociale n'est pas menacé»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    L'EN des locaux, l'autre échec programmé !    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    D'autres actions des supporters en vue    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    Retour des mouvements de grève    87 kg de kif et de la cocaïne saisis sur l'autoroute, 3 narcotrafiquants arrêtés    Un homme tué par arme à feu    Le mal en perpétuelle augmentation    Un cauchemar FLN bis    Entre Mounia et Bahia y'a pas photo !    Bellaâ !    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    13.410 comprimés psychotropes saisis    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fella Matougui, auteure de Mangas
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 12 - 2018

«Etant entre la vie et la mort, le jeune Nadjib se retrouve coincé dans un monde dont il ne soupçonnait l'existence : Ghost ! Peuplé de viles créatures voulant le trucider. Heureusement, notre héros trouvera de l'aide à travers les «Hatus», des volatiles aux étranges pouvoirs et aux cœurs généreux…». Le livre est soutenu dans la collection action et aventure de Z-Link par le programme d'aide à la publication de l'Institut Français d'Algérie.
L'auteure de cet étrange opus à succès n'est autre que Fella Matougui qui, par ce travail d'illustration et d'écriture, vient clore sa trilogie entérinée lors du dernier salon international du livre d'Alger. La jeune dessinatrice de mangas, révélée par les éditions Z-Link et le Fidba, reste une créatrice d'histoires assez régulière, elle commence à se frayer un chemin dans le délicat microcosme grandissant de la sphère manga algérienne. Le Dz-manga reste une école à définir, nos jeunes artistes du cru s'étant emparés des codes du «Shôjo» qui désigne ainsi le Dz-manga destiné aux filles, le «Seinen» qui touche essentiellement les jeunes adultes. Pour ce qui est de «Ghost», Fella Matougui se met dans une expression intermédiaire dans son incursion dans le «Dz-Shônen» qui convient aux adolescents qu'ils soient garçons ou filles, avec cette idée que l'on peut retrouver bien-sûr de nombreuses éditions consacrées essentiellement aux filles…ou aux garçons, le réflexe de catégorisation organisée étant une spécialité nipponne.
Dans la fin de son cycle «Ghost», Fella vient inscrire son histoire dans l'urbain et sort, de temps à autre, dans des villégiatures sylvestres. Son univers particulier qui mêle l'étrange au réaliste fait le choix d'un trait dessiné réaliste pour faire le lien directement avec le lecteur qui devient ainsi un élément actif du récit et du cheminement aventureux en immersion de ce jeune Nadjib qui s'en va sauver Mouna de la menace de créatures infernales, animales qui représentent l'inconscient de nos peurs les plus immémoriales.
Dans cette aventure qui clôt les péripéties d'un cycle fait de trois objets artistiques à lire dans la pure tradition japonaise déclinée depuis quelques temps à la sauce algérienne, l'action et les trépidations sur des phylactères originaux et une série de cases complètement déstructurées pour certaines afin de donner l'impression de mouvement et d'animation qui tranchent dans la composition générale. Fella Matougui a donc décliné son histoire dans quelques actes comme «l'amie disparue», «l'indien aux compagnons sauvages», «le retour»… pour relancer à chaque fois la rythmique de son histoire à rebondissements qui n'hésite pas aussi à dédramatiser la relative violence de la thématique par un humour qui atténue la force du passage initiatique radical du héros de son histoire.
Fella a opté pour une expression, un peu masculine, son héros est masculin et l'approche du dessin indéfini, elle ne se fixe pas de frontière et montre son esprit ouvert à toute forme d'art sans aucune forme de limite. L'histoire suit son cours et Fella Matougui qui commence à se faire un nom dans le manga algérien est en passe de produire de nouvelles aventures en collectif cette fois sous les écritures scénaristiques de Salim Brahimi et la collaboration de Nattif sur le formidable titre «Nahla et les touareg», elle est aussi sur le shônen, «La révolution».
Elle reste une auteure à suivre de près en attendant les prochaines aventures sur Z-Link. Elle partage un peu cette gloire avec des talents aussi divers qu'Amine Benali, Nattif, Riadh Ait-Hamou, Sid-Ali Oudjiane, Yacine Aït Ahmed, S. Rachid, S.Ahmed, A. Racim, S.Sabaou, Amina Boulkaboul… rien de plus qu'à dire que la planète manga algérienne dans ses aventures étranges a encore de belles histoires à nous raconter encore !
«Ghost III» de Fella Matougui, Dz Shônen aux éditions Z-link, dans toutes les bonnes librairies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.