Le projet alternatif à la mascarade électorale.    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkader Secteur tête d'affiche
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 01 - 2019

Il n'y a pas que des expos, des concerts et des débats de haut vol à l'Institut du monde arabe. Du 25 au 27 janvier 2019, l'humour s'y taille la part du lion, avec un deuxième festival réunissant un joli casting.
Si vous voulez vous régaler avec «Salam Aleykoum», le nouveau spectacle de Abdelkader Secteur, c'est à l'Institut du monde arabe (IMA), à Paris, qu'il faut être ce week-end. L'artiste est la tête d'affiche du deuxième festival d'humour de ce lieu réputé pour ses événements artistiques, philosophiques et culturels pointus et de haute volée. Le roi de la commedia dell'arte à l'orientale s'y produira carrément trois soirs d'affilée, avec à chaque fois, en première partie, trois étoiles montantes du genre, dont Hakim Jemili en one-man-show.
Drôle d'endroit pour un festival de fous rires ? Non, répond Jack Lang, président de l'IMA. «L'humour est un art à part entière», rappelle celui qui a adoré «la complicité entre les comédiens et leur public» lors de la première édition du rendez-vous, «joyeux et généreux». Un pari immédiatement relevé puisque le festival avait fait salle comble l'an passé avec 1 300 spectateurs. L'idée est, maintenant, d'installer ce rendez-vous sur la durée. Autre source de fierté pour l'ancien ministre de la Culture : la présence, dans la programmation de cette année, des jeunes et prometteuses Melha et Fadily Camara. «C'est une illustration du changement qui se produit dans le monde arabe, où les femmes surgissent avec force dans le pouvoir culturel», souligne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.