Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les SDF sans un lieu d'hébergement d'urgence
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 01 - 2019

Le quotidien des Sans Domicile Fixe (SDF) est cruel. Ils ne font l'actualité que rarement. On en parle que très exceptionnellement, pour ne dire jamais, cependant, ils sont visibles journellement surtout dans les grandes agglomérations.
Ils peuvent provenir de toutes les classes sociales, mais une fois qu'ils basculent dans l'incertitude, généralement ils se retrouvent seuls, livrés à eux-mêmes, parfois pour le reste de la vie, et dans le meilleur des cas pour de nombreuses années. Alger, par ces temps de froid glacial, et de pluies quelquefois torrentielles, oblige les SDF quand ils le peuvent, à se cacher dans les vestibules d'immeubles, lorsqu'ils ne sont pas chassés par les locataires et autres propriétaires. Pour seule protection contre les averses et le froid, ils ne possèdent qu'une couverture pour s'emmailloter de la tête aux pieds, sinon généralement, ils n'ont d'autre abri de fortune, qu'un morceau de plastique pour éviter la frisquette douche.
Occupant l'espace public urbain, les SDF passent leur temps à tuer le temps, assis sur un banc public, sur les bordures d'un trottoir, dans les squares ou dans les gares routières, sans quoi ferroviaires, en attendant que le crépuscule ne les contraint à rejoindre le sommeil, pendant lequel, nul ne les voit ruminer leur désespoir. Les SDF vont partie intégrante de notre société avec, néanmoins, le statut d'exclus, de parias irrécupérables, et dans le meilleur des cas jalonnant leurs mésaventures, une âme charitable leur donnera quelques pièces de monnaie, pour dîner, mais jamais nous n'avons pu observer une institution caritative leur venir en aide, en leur proposant un local susceptible de les prendre en charge, ne serait-ce durant les périodes de grand froid.
Pourtant les subventions étatiques ne manquent pas. Des associations caritatives existent bien en théorie, mais ont tendance a n'apparaître que pour récupérer les subsides annuellement donnés par les autorités. Les associations souvent détournent l'argent public, et les donations privées de leurs destinations, pour en faire une rente personnelle. Il est arrivé qu'en plein hiver, des SDF meurent de froid, en pleine rue. Habituellement, on appelle les pompiers, et les forces de l'ordre de proximité pour évacuer le corps vers la morgue, et le cimetière.
Parmi les SDF, il n'est rare de remarquer des femmes, et des enfants pour la plupart nés dans la rue, livrés à eux-mêmes, avec pour «seule école obligatoire» l'apprentissage de la mendicité au profit de leurs parents qui ne sont pas bien loin de l'espace de travail de leurs progénitures. L'indulgence de la population vis-à-vis des familles SDF qui ont des enfants qui mendient est perceptible, pareillement quand les autorités les remarquent en flagrant délit de transgression de la loi.
Ce dossier des SDF a trop longtemps été négligé par les autorités qui ont la compétence de régler ce problème. A notre connaissance, il n'existe aucun refuge spécialement pour cette catégorie de la population, ni aucun restaurant, ni aucune structure caritative pour vêtir les SDF par ces périodes de grand froid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.