Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le martyre des Vénézuéliens
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 01 - 2019

Comment pourrait-on être un démocrate, dans un monde qui devrait fonctionner selon les lois que dictent aux faibles pays, les puissances militairement et économiquement développées ? La démocratie de nos jours se fait de haut en bas, alors que l'origine grecque de ce mot signifiait que l'exercice politique du pouvoir revient au peuple.
Le peuple est souverain, de choisir ses représentants. En théorie, la démocratie n'est autre que l'expression de la souveraineté populaire. Ce principe si cher au conglomérat des pays occidentaux, et parfois violé au nom de la liberté et de l'idéologie démocratique. La mondialisation des économies du monde depuis quelques années, n'en finit pas de saper les relations politiques internationales, au point que les ingérences dans les affaires internes de pays tiers, sont devenues des manœuvres déstabilisantes, au nom de la défense du monde libre, entendre par-là, la protection des privilèges du monde capitaliste.
Ce qui se passe au Venezuela, depuis la mutinerie du lundi 21 janvier 2019 déclenchée par quelques dizaines de militaires à partir d'une caserne, avec pour objectif de destituer le président Nicolas Maduro, est plein d'enseignement dans le sens où cette étincelle a déclenché des vagues de manifestations dans plusieurs quartiers, et simultanément des flashs d'information dans presque tous les médias de certains pays. Le Président Maduro est un Chaviste qui a, de son temps, introduit des réformes politiques et sociales extrêmement importantes pour s'éloigner du libéralisme économique, afin de redistribuer les richesses créées à son peuple.
Maduro quoique élu par les classes laborieuses, est considéré par une partie des résidents comme un spoliateur du pouvoir, l'accusant d'avoir empêcher plusieurs des candidats de l'opposition à se présenter aux élections du mois de mai 2017. Depuis, deux camps s'affrontent sur fond d'une grave crise économique, avec une inflation qui dépasse l'entendement, et de l'apparition d'une crise humanitaire. Le Venezuela détient les plus importantes réserves de pétrole du monde, c'est peut être çà qui le rend si captivant, et est à l'origine de ses séries de déboires politiques et économiques.
L'Amérique du Sud étant depuis longtemps la chasse gardée des Etats-Unis, un retour aux affaires des néolibéraux pourrait effectivement mettre un terme à l'hyperinflation, attirer les investissements pour relancer l'économie, rétablir la juste parité de la monnaie bolivarienne, relancer l'ensemble des secteurs productifs pour lesquels les grandes puissances économiques seraient prêtent à débloquer des fonds nécessaires, mais, à la seule condition d'abroger le décret de Hugo Chavez qui a nationalisé l'industrie du pétrole, et mis à la porte les multinationales pétrolières. La France, l'Allemagne, les Etats-Unis et l'Espagne ont fait savoir qu'ils reconnaissent le vice-président de l'Assemblée nationale comme président intérimaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.