ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 02 - 2019

La tradition d'oralité joue encore aujourd'hui «un rôle significatif» dans la sauvegarde et la transmission du patrimoine historique amazigh, a soutenu Sadi Kaci, enseignant au département de langue et culture amazighes de l'Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, lors d'une rencontre autour de la littérature amazigh entre oralité et écrit.
Rencontré lors de la célébration du troisième anniversaire de l'officialisation de tamazight, l'universitaire a expliqué l'usage de l'oralité par les sociétés amazigh, par «leur mode de vie en société, rudimentaire et peu complexe, qui se suffisait largement de l'oralité pour être exprimé». «Une veillée auprès d'un feu ou une séance de tajmaat (assemblée) suffisait pour apprendre suffisamment de choses», a-t-il souligné. L'oralité, a-t-il estimé, «a joué un rôle important dans la sauvegarde du patrimoine historique amazigh et est parvenu à le léguer à la modernité par l'écriture». Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui avec le développement historique et économique de ces sociétés et du bouleversement technologique.
Cependant, a-t-il relevé, «l'oralité se modernise aussi et peut s'offrir une nouvelle vie à travers cette même technologie», faisant remarquer qu'«un reportage radiophonique est une expression de l'oralité de même qu'une vidéo diffusée sur internet ou à la télé contient de l'oralité». Elément structurant du récit, et donc du savoir, l'oralité a constitué «un élément de sauvegarde du patrimoine dans les sociétés maghrébines qui se caractérisent par leur culture orale et l'absence d'écritures, mais qui parvenaient à assurer la transmission du savoir», a-t-il souligné, illustrant son propos par l'histoire des zaouias en Kabylie et leur rôle dans la transmission de la religion.
«Leur action n'aurait jamais réussi sans la collaboration des savants autochtones», a-t-il dit, expliquant qu'à l'époque, l'écriture «était à l'apanage d'une minorité sociale, les mourabitines, qui avaient un savoir scriptural en arabe, mais la transmission et l'adaptation du Coran, dans la société Kabyle à tradition orale, s'est faite par l'oralité grâce aux savant autochtones». Pour l'universitaire, il y a les marques de la tradition d'oralité même dans les oeuvres d'écrivains amazighs de langue française. Il cite Ktaeb Yacine, Mouloud Féraoun, Mohamed Dib et Mammeri.
Abordant, à l'occasion, l'œuvre de ce dernier, l'universitaire a soutenu que celle-ci constitue «une affirmation face à la vision européo-centriste» du colonialisme. Mammeri, a-t-il indiqué, a pris conscience de la vision «négationniste de l'existence d'une littérature propre aux amazighs qui n'ont jamais écrit dans leur langue, et qui, partant, niait l'existence de toute histoire ou patrimoine du peuple amazigh». Une vision véhiculée par les élites coloniales et qui fut, notamment,théorisée par André Basset dans son ouvrage «La littérature des Berbères» paru en 1920. Cette attitude a suscité chez Mammeri «une conscience d'étudier spécifiquement cette littérature à part qui a ses caractéristiques propres, dont l'oralité», a souligné Kaci.
«Et c'est cette conscience qui l'a poussé à construire une affirmation face à la vision européo-centriste coloniale et qui a été le point de départ de l'immense œuvre qu'il a produite en s'appliquant à doter ce patrimoine orale d'une grammaire, d'une lexique et d'un texte», a souligné l'universitaire. Pour Mammeri, «il y a un fond commun universel véhiculé par différentes langues, latin, grec, arabe, qui s'est prolongé à travers l'oralité dans la société amazigh avec ses différentes composantes», a-t-il dit. De même, l'oralité n'était pas, pour lui, uniquement l'expression orale, mais aussi, ce qui a été écrit, peut-être, dans d'autres langues et qui est transmis oralement dans une société qui n'a pas la tradition de l'écriture, a précisé Kaci.
Une vision véhiculée par les élites coloniales et qui fut, notamment,théorisée par André Basset dans son ouvrage «La littérature des berbères» paru en 1920. Cette attitude a suscité chez Mammeri «une conscience d'étudier spécifiquement cette littérature à part qui a ses caractéristiques propres, dont l'oralité», a souligné M. Kaci. «Et c'est cette conscience qui l'a poussé à construire une affirmation face à la vision européo-centriste coloniale et qui a été le point de départ de l'immense œuvre qu'il a produite en s'appliquant à doter ce patrimoine orale d'une grammaire, d'une lexique et d'un texte», a souligné l'universitaire. Pour Mammeri, «il y a un fond commun universel véhiculé par différentes langues, latin, grec, arabe, qui s'est prolongé à travers l'oralité dans la société amazigh avec ses différentes composantes», a-t-il dit. De même, l'oralité n'était pas, pour lui, uniquement l'expression orale, mais aussi, ce qui a été écrit, peut-être, dans d'autres langues et qui est transmis oralement dans une société qui n'a pas la tradition de l'écriture, a précisé Kaci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.