Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 02 - 2019

Le retour des «djihadistes» français de Syrie constitue un vrai casse-tête pour les autorités françaises, qui envisagent ce retour après une réticence initiale.
Dans un tweet, le président américain Donald Trump a invité les pays qui tergiversent encore à rapatrier leurs concitoyens ayant combattu dans les rangs du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI, Daech) en Syrie. «Les Etats-Unis demandent à la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et aux autres alliés européens de reprendre plus de 800 combattants de l'EI que nous avons capturés en Syrie afin de les traduire en justice», a-t-il dit dans la nuit de samedi à dimanche sur son compte Twitter, sinon, a-t-il encore averti, «nous serions forcés de les libérer». Ces terroristes sont détenus au nord de la Syrie par les Kurdes qui refusent de les juger et veulent les renvoyer vers leurs pays respectifs.
Pour la France, il s'agit du retour d'environ 150 personnes, dont 90 enfants, détenus dans des camps en Syrie sous la surveillance des Kurdes. A en croire des chiffres non-officiels, les «djihadistes» français de Daech étaient au nombre de 3 000. En tout cas la peur est exprimée autour d'une éventuelle libération de ces terroristes. Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuez a déclaré à BFM-TV que les autorités françaises ont «toute confiance» dans la capacité des Kurdes à maintenir ces «djihadistes» en détention et à ne pas les libérer.
«Quoi qu'il en soit, si ces individus reviennent sur le territoire national, ils seront tous judiciarisés et incarcérés», a-t-il dit, soutenu par la ministre de la Justice Nicole Belloubet qui a expliqué sur France 2 qu'il y a une situation géopolitique nouvelle qui vient d'être établie avec le retrait des Américains, affirmant que la France «ne répond pas aux injonctions et garde la politique qu'elle avait, c'est-à-dire un accueil au cas par cas». Dans la résolution de cette problématique, Paris semble enclin vers une solution européenne, en tout cas émanant des pays concernés par ce rapatriement qui soit, selon son souhait, «une opération internationale coordonnée». Sous cette pression créée par les Etats-Unis de Trump, les pays concernés se réunissent dès ce lundi, au niveau ministériel, pour trouver une solution commune et examiner toutes les éventualités liées à la décision américaine.
Sur le plan interne, en France, l'opinion publique reste très réticente à un rapatriement non maîtrisé de bout en bout, craignant le cauchemar des attentats sur leur territoire. Cette crainte est exprimée par le chef de file des Républicains, Laurent Wauquiez, qui a réaffirmé son opposition «catégorique» au retour de ces «djihadistes" français. Pour lui, "la priorité, c'est la sécurité des Français». Mardi dernier, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, se voulant plus rassurant, a indiqué sur BFM-TV qu' «il y a actuellement des gens qui sont en prison et qui sont tenus parce que les Américains sont là et qui vont être libérés. Ils vont vouloir revenir en France. Ce sont des Français avant d'être des djihadistes.
Certains sont déjà revenus, nous les mettons en prison, nous les connaissons», soulignant que «ceux qui reviendront, s'ils devaient revenir, seront mis en prison». Ainsi, les autorités françaises ont prévu, dès leur descente d'avion, la présentation à un juge d'instruction des «djihadistes» faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international. Certains devront être mis en examen, alors que d'autres placés en garde à vue à la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). Les enfants seront remis aux services sociaux pour les mettre dans des foyers d'accueil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.