Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ne suffit-il pas d'un pas pour tout accomplir ?
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 03 - 2019

Quelles que soient les difficultés d'ordre économique auxquelles l'Algérie fait face aujourd'hui, il est évident que le bilan de Bouteflika ne peut être fait sur la base de la perception actuelle des choses, mais en confrontant la donne actuelle globale avec la réalité antérieure qui remonte à 1999.
Le refus de la rue d'un 5ème mandat est l'expression d'une volonté de changement qui se focalise peut-être sur la personne du Président au lieu de prêter attention à des aspects fondateurs d'un système qui résiste à tout changement depuis longtemps, bien plus longtemps que le début des mandatures de Bouteflika. Malade, alité ou sur un fauteuil roulant, Bouteflika n'a jamais autant fait preuve de détermination politique pour parachever ses réformes, dont celles qu'il appelait de ses vœux depuis son accession à la Présidence, regardant la concrétisation d'un Etat civil. D'où l'accélération des mesures de restructuration d'institutions qui ont longtemps représenté une partie du pouvoir occulte ou partagé le pouvoir avec ses tenants officiels, empêchant ou entravant la marche des affaires publiques lorsque les décisions prises ne conviennent pas à leur vision.
Confronté pendant des années à une grande adversité, Bouteflika a pourtant réussi à ficeler de nombreux dossiers, après avoir réglé celui de la guerre civile qui allait emporter l'Etat républicain, et il lui a fallu près d'une décennie et demie pour venir à bout d'un système qui occasionnait un effet d'effritement du pouvoir au point de déresponsabiliser toutes les institutions, entraînant, dans cette adversité très contraignante, des effets de stress physique sur la personne et des contrariétés qui en abattraient plus d'un. Mais ne voilà-t-il pas que le Président, investi de tous les pouvoirs constitutionnels, et désormais tenant en main le timon du «bateau Algérie», qui semble dire à tous les Algériens qu'il assume pleinement cette responsabilité - car c'est de cette façon qu'il la concevait et qu'il continue de la concevoir - lui qui a refusé, dès le départ, d'être un trois-quarts de Président.
Ce qui est vrai, tout aussi vrai que le fait que l'œuvre de Bouteflika n'est pas encore tout à fait accomplie - qu'il est peut-être le seul à pouvoir et à vouloir accomplir - c'est que l'expression populaire qui se manifeste aujourd'hui, et qui trouve son abcès de fixation dans la maladie de Bouteflika, devrait se projeter sur cet après envisagé pour entrevoir les effets d'une œuvre interrompue, voire d'un rendez-vous manqué avec l'Histoire. La proposition de se donner un temps supplémentaire pour asseoir les conditions d'un Etat de droit accompli vaut peut-être son pesant de chances d'être au rendez-vous de la grande modernité algérienne qui, après tout, n'en déplaise à ceux qui veulent aller au rythme des «Etats-références», n'a pas mis beaucoup de temps à prendre forme.
Qui pourrait achever l'œuvre d'art sinon celui qui en a été, dès le départ, l'inlassable artisan ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.